Séminaire “Penser les décolonisations” – Rencontre avec Gabriela Carneiro da Cunha : “La résistance des Lucioles” – 4 juin 2022

« La résistance des Lucioles »

Rencontre avec Gabriela Carneiro da Cunha

Samedi 4 juin 2022 – 10h-12h

Université Toulouse 2 Jean Jaurès – Maison de la Recherche (salle D29)

A l’occasion de sa performance Altamira 2042 les 3 juin (21h00) et 4 juin (17h30 et 20h00) au Théâtre Garonne (Toulouse) en collaboration avec le projet Mundus EuroPhilosophie et le Centre chorégraphique James Carlès.

Le public étant limité à une soixantaine de personnes par séance, le projet EuroPhilosophie réserve une vingtaine de places par séance aux étudiant.es qui souhaiteraient participer à la performance. Pour profiter de cette réservation, merci d’envoyer un mail à europhilosophie@univ-tlse2.fr avant le 1er mai 2022.

Avec un peu plus de 115 000 habitants (données 2018), Altamira est une ville du Pará située sur les rives du fleuve Xingu, dont le cours naturel a été interrompu par la construction d’un énorme barrage en vue de la construction de la centrale hydroélectrique de Belo Monte. Cet immense chantier a entraîné la destruction de la vie de millions d’espèces, de la faune et de la flore. Altamira 2042 est une installation sonore performative qui amplifie divers témoignages sur la catastrophe provoquée par la centrale hydroélectrique de Belo Monte, en construction depuis 2011, qui a coûté 20 milliards de réais (4 milliards d’euros) et détruit tout le bassin du fleuve Xingu et ses environs.

L’installation sonore, moyennant des haut-parleurs du type de ceux qui sont utilisés dans de nombreuses soirées sound system (typiques de cette région), fait entendre les voix qui habitent les rives du Xingu : les riverains affectés par le barrage, les peuples indigènes Araweté et Juruna, les leaders des mouvements sociaux, les habitants d’Altamira, les employés du gouvernement fédéral et des institutions sociales et environnementales, la forêt, les animaux de la région, le vent, la pluie et le fleuve Xingu lui-même. Une polyphonie d’êtres, de langues, de sonorités et de perspectives s’empare de l’espace pour ouvrir l’attention du public aux voix que tant de personnes tentent de faire taire.

L’interprète Gabriela Carneiro da Cunha orchestre, avec le public, les différents mouvements de l’œuvre : en commençant par River y Road, suivi de Ms Herondina, Mr Dam Breaker et Aliendigenous. L’interprète incorpore et présente les perspectives de ces trois êtres machiniques-spirituels qui entrent en scène afin de mythifier l’Histoire. Ainsi, le barrage de Belo Monte n’est plus seulement une construction, mais la figure mythique de l’ennemi.

Il s’agit de déplacer les humains du centre de la narration. De donner aux humains une oreille pour les voix de tout ce qui existe. Ici, les rivières témoins, les femmes buiúnas et les peuples lucioles. Les rivières témoins sont celles qui vivent une expérience catastrophique, du point de vue des rivières et de tout ce qui en dépend. Ce sont les rivières Araguaia, Xingu et Tapajós. Les femmes de Buiúnas sont nous et elles. Des femmes artistes des rives et des femmes des rives et des profondeurs des fleuves. Des femmes leaders qui apportent déjà dans leur imaginaire politico-poétique le mélange d’autres espaces-temps. Les « peuples lucioles » (Didi-Huberman (2011) sont tous ceux qui sont exposés à la disparition.

A travers un dialogue avec des penseurs tels que les anthropologues Eduardo Viveiros de Castro, Manuela Carneiro da Cunha et le chaman yanomami David Kopenawa, une question a émergé et guidé le processus de création : qu’est-ce que le chamanisme permet à l’art de devenir ?


Vous aimerez aussi...