CORPUS AFRICANA 2021

« Transmodernités artistiques et réveil des corps »

Théâtre des Mazades – 10 Av. des Mazades, 31200 Toulouse

Les rencontres auront lieu en présentiel et en distanciel. Les personnes qui souhaitent participer à distance peuvent contacter le bureau de coordination (europhilosophie [at] univ-tlse2.fr), afin d’obtenir le lien et le code pour une connexion sur Zoom.

PROGRAMME

Jeudi 4 novembre

9h-11h

Ismael Aboudou : Un destin chorégraphié (Editions Baudelaire)

Soeuf Elbadawi : Obsessions de lune/Idumbio IV (Bilk et Soul)

11h15-13h15

Barbara Glowczewski : Réveiller les esprits de la Terre (éditions Dehors)

Marc Maesschalck : Colonialité, modernité, transmodernité

 

Vendredi 5 novembre

9h – 11h

Lena Blou : Le Bigidi, danse de l’harmonie du désordre

Jeanguy Saintus Riché : Ayikodans

11h15 – 13h15

Elsa Dorlin & Yasmine Belhadi : Autour des pratiques curatoriales.

Marie-Yemta Moussanang : Editer des oralités

Le projet cosmopolitique et éthique du dialogue « transmoderne » a été défini comme celui d’un encouragement à « la communication entre les damnés » (Maldonado Torres) et à la destruction de toutes les hiérarchies qui font de certains sujets des humains et d’autres des « sous-Autres ». Depuis 2018, Corpus Africana en lien avec le Festival Danses et Continents Noirs, entend contribuer à ce projet de construction d’un « plurivers » capable, non seulement de respecter mais de faire dialoguer radicalement les pratiques de savoir, de pensée, d’écriture et de création artistique, qui concourent depuis les Suds, et tout particulièrement au sein des espaces africains et afro-diasporiques, aux luttes contre le racisme systémique, la violence patriarcale, la destruction extractiviste et capitaliste de la Terre, la colonialité du pouvoir et du savoir, l’impérialisme et la modernité euro-centrée. Les intellectuel.lle.s et les artistes invité.e.s à communiquer leurs trajets, leurs travaux et leurs œuvres, leurs entreprises institutionnelles et leurs réflexions en matière de transmission, de culture populaire et citoyenne, et à en débattre entre eux et avec le public lors de ces deux journées sont tou.te.s engagé.e.s face aux urgences politiques et écologiques du présent dans l’attention à- ou l’invention de nouvelles solidarités transnationales, transocéaniques, singulièrement sur la ceinture tropicale de la planète, à partir des situations personnelles, des sagesses et des traditions particulières qui sont les leurs –  qui toutes appellent à se libérer du rapport colonial à la Terre par la construction, à travers la création chorégraphique et sonore, d’une corporalité susceptible à la fois de révéler le désordre de la modernité globale et de fournir le moyen d’y résister.

Une brève présentation des 4 artistes :

Ismael Aboudou : https://ismaelaboudou.com/

Soeuf Elbadawi : https://www.youtube.com/watch?v=zCA-xYDKIXg

Jeanguy Saintus: https://www.ayikodans.com/index.php/about-us

Lena Blou: https://www.facebook.com/guadeloupela1ere/videos/1130111247417461



Citer ce billet
Alexandra Kunstler (2021, 22 octobre). CORPUS AFRICANA 2021. Master EuroPhilosophie. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/olw0

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search