Table ronde Ghassan Hage et l’Alterpolitique – 26 mai 2021

 

Séance du séminaire « Anthropologie décoloniale » de l’Université de Séoul, en partenariat avec le Consortium EuroPhilosophie, à l’occasion de la parution de la traduction française de L’Alterpolitique. Anthropologie critique et imaginaire radical de Ghassan Hage dans la collection Contre\Champs aux Éditions EuroPhilosophie (à paraître au mois de mai).

Le mercredi 26 mai 2021, à 13h

Table ronde avec la participation de Ghassan Hage (Université de Melbourne), Ziad Majed (Université américaine de Paris) et Eduardo Viveiros de Castro (Musée national de l’université fédérale de Rio de Janeiro).

Ghassan Hage est un anthropologue libano-australien né à Beyrouth. Il a suivi ses études universitaires en Australie et en France. Il est professeur à l’Université de Melbourne et a également enseigné notamment à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, à l’Université de Paris X-Nanterre, à l’Université de Toulouse II Jean Jaurès (professeur invité dans le cadre du projet EuroPhilosophie), à l’Université Harvard, aux Universités d’Amsterdam et de Copenhague. Son ouvrage, White Nation (Routledge, 2000), qui traite des fantasmes de suprématie blanche dans la société australienne est considéré comme un classique des « whiteness studies ». Son premier livre paru en français, Le Loup et le Musulman (éditions wildproject, 2017), est une traduction de Is Racism an Environmental Threat? (Polity, 2017), un ouvrage qui explore les racines communes aux dominations écologique et raciale. Son livre le plus récent, basé sur une ethnographie de la culture transnationale libanaise, est The Diasporic Condition (University of Chicago Press, 2021).

L’Alterpolitique est une contribution à la critique intellectuelle de ce que son auteur définit comme un ordre capitaliste-colonialiste-domesticateur. Cet ordre global est marqué par l’instrumentalisation excessive, l’exploitation et la dégradation de l’environnement humain comme de l’environnement non-humain. Il s’agit d’un ordre perclus de formes destructrices et inacceptables, mais surtout dispensables, d’inégalités, d’injustices et de marginalisations.

Depuis les années 1960, on a progressivement réalisé que l’esprit d’opposition et les politiques qui ont marqué les combats anticapitalistes, antiracistes et anticoloniaux de par le monde ont souffert d’une faiblesse fondamentale. Tout en renversant, parfois avec succès, l’ordre politique auquel ils s’opposaient, ils ont été moins efficaces dans l’intégration structurelle au sein de leurs politiques d’opposition de propositions alternatives aux réalités qu’ils avaient su abolir. Que ce soit dans l’expérience du « communisme réel » tel qu’il est appliqué sur le terrain ou dans celle des sociétés ayant résulté des combats anticoloniaux, on constate la réalisation progressive que les « antipolitiques » (politiques d’opposition visant à abolir l’ordre existant) nécessitent d’être complétées par une pensée tout aussi vibrante et passionnée de type « alterpolitique » (politiques alternatives) qui se montre capable de saisir les potentiels émergents et de préparer le terrain pour de nouveaux modes de vie.

Le présent ouvrage met en valeur la manière dont l’anthropologie critique, pour avoir toujours pris comme objet de recherche et de réflexion les économies alternatives, les modes alternatifs d’habitation et de rapport à la terre, ainsi que les différentes façons de penser et d’expérimenter l’altérité, présente une affinité particulière avec les dynamiques nécessaires pour la formulation des stratégies alterpolitiques.

La table ronde a été enregistrée et peut être visionnée sur youtube :

https://www.youtube.com/watch?v=hm-pZJW9z_Q


Vous aimerez aussi...