Stage intensif de printemps 2010

Le Stage intensif de printemps 2010 du Master Mundus EuroPhilosophie à l’Ecole Normale Supérieure de Paris se déroulera du 12 au 17 avril.

 

Conditions de participation

  • Le stage est une activité obligatoire pour l’ensemble des étudiants Erasmus Mundus EuroPhilosophie.
  • Tous les étudiants seront hébergés du 11 au 18 avril (12h00) à l’Auberge de la Jeunesse Paris-Clichy « Léo Lagrange » (107, rue Martre 92110 – Clichy).
  • Les étudiants participants au stage auront accès à la restauration universitaire de l’ENS-Paris. Le petit déjeuner sera servi à l’Auberge.
  • Les frais de transport et de logement des étudiants UE seront intégralement pris en charge par le Consortium. (Le logement sera directement réglé par le Consortium. Le remboursement des transports est plafonné à 250 euros par personne ; il aura lieu dans les meilleurs délais sur présentation des billets)
  • Le Consortium prendra en charge les 4 premières nuitées des étudiants non UE boursiers de la Commission Européenne. Les frais de transport et les 3 dernières nuitées (1 nuitée à l’Auberge= 22,70 euros (petit déjeuner compris)) seront à leur charge. Le réglement des nuitées par les étudiants boursiers se fera avant le 1er avril par virement sur le compte de l’Amicale, qui réglera à l’Auberge la facture globale des 3 nuitées non prises en charge par le consortium.

 

Photo de Svetlana Sholokhova

Photo de Svetlana Sholokhova

Thème et objectifs du stage

THEME DIRECTEUR : « SUBJECTIVITES POLITIQUES : MEMOIRES, AFFECTS, PRATIQUES »

OBJECTIFS DU STAGE :

  • contribuer sur une semaine intensive aux missions de formation à la recherche des étudiants du Programme Mundus EuroPhilosophie, et ce sur les axes directeurs du Master Mundus et sur les thèmes prévisionnels du projet de Doctorat Mundus : Philosophies allemande et française contemporaines, Théorie sociale et politique du monde contemporain, Confrontation des héritages et des traditions philosophiques de la scène européenne ; – associer les étudiants Mundus au partenariat développé dans le cadre du réseau « Forum International de Philosophie Sociale et Politique » (FIPS), auquel le stage Mundus offrira un nouveau lieu de rencontre et de travail préparatoire à la seconde édition du FIPS, en juillet 2010 à Toulouse, autour du thème : « Subjectivités politiques : mémoires, affects, pratiques ».
  • faire découvrir aux étudiants les structures de formation et de recherche de l’E.N.S. rue d’Ulm et du Centre International d’Etudes de la Philosophie Française Contemporaine (CIEPFC), ainsi que les activités du séminaire de recherche animé à Paris par le Groupe de Recherches Matérialistes (ERRAPHIS Le Mirail) en partenariat avec le CIEPFC ;
  • permettre aux étudiants de rencontrer des chercheurs de différents champs de recherche et de différentes universités, françaises, belges, luxembourgeoises, italiennes et allemandes, qui seront associés ou invités à participer aux journées d’études durant toute cette semaine.

Organisation : « Groupe des Recherches matérialistes » (ERRAPHIS-Université de Toulouse Le Mirail / EuroPhilosophie).

Responsables : Marco Rampazzo Bazzan (bazzan_marco@yahoo.com.ar) et Guillaume Sibertin-Blanc (sibergui@wanadoo.fr).

Lieu : Toutes les journées se dérouleront dans l’Amphitéâtre Jules Ferry 29, rue d’Ulm, Paris sauf le lundi 12 l’après-midi (Salle de Conférence. 45, rue d’Ulm).

L’assistance est libre et ne nécessite aucune réservation préalable.

 

Programme

LUNDI 12 AVRIL : « LES MARXISMES DE FOUCAULT »

Organisateur : Guillaume Sibertin-Blanc

Lieux : Amphitéâtre Jules Ferry 29, rue d’Ulm (matin)/ Salle de Conférence. 45, rue d’Ulm (après-midi), Paris

Argument : Les rapports de Foucault aux auteurs, passés ou contemporains, qui se réclame de l’œuvre de Marx, longtemps supposés tranchés, commence à sortir du huis clos polémique et à faire l’objet d’analyses théoriques fines, c’est-à-dire à la fois complexes et nuancées (voir par exemple le n° 36 de la revue Actuel Marx, 2004 : « Marx et Foucault »). Cette journée vise à apporter de nouvelles contributions à cette réévaluation, en pluralisant la référence au « marxisme », qui n’est en aucun cas un interlocuteur univoque. « Les marxismes de Foucault », donc, sur lesquels les participants de cette journée sont invités à se pencher, ce sont ceux avec lesquels Foucault entretient un rapport critique, explicite ou implicite, donc des marxismes qu’il convient de toute façon de reconstruire à travers le filtre du discours et des problématiques foucaldiennes elles-mêmes, et suivant les inflexions variables de son œuvre ; mais ce sont aussi les marxismes avec lesquels le dialogue fut « manqué », et sur lesquels on peut revenir sous cet angle ; ce sont enfin les marxistes qui tenteront d’intégrer les critiques foucaldiennes pour opérer des déplacements internes au champ théorique marxiste, contribuant par là, en retour, à porter un éclairage original sur le travail de Foucault lui-même, et à en rendre possibles des développements inédits. C’est sous ces différents angles que seront proposées des lectures croisées de Foucault avec Althusser, avec Poulantzas, ou encore avec les théoriciens marxistes de la nouvelle gauche italienne. Ces rencontres s’inscrivent dans le développement des travaux de recherches menées à l’ERRAPHIS par le séminaire du GRM, en partenariat avec le CIEPFC et en collaboration avec les centres de recherche de l’Université de Liège (Unité de Recherche en Philosophie Politique et Philosophie Critique des Normes) et de Padoue (Centre Interuniversitaire de Recherches sur le Lexique Politique et Juridique Européen).

Programme :

  • 9h30 Mot d’accueil et Présentation du stage.
  • 10h Thomas Bolmain (Univ. de Liège) : « Foucault et sa critique post-situationniste » (titre à confirmer) ;
  • 11h Géraldine Brausch (Univ. de Liège) : « Politique et stratégie dans les analyses de l’espace : Foucault et Lefebvre »
  • 12h-14h Pause déjeuner

Après-midi : Salle de Conférence

  • 14h Mot d’accueil de Frédéric Worms, directeur du Centre d’Etude de la Philosophie Française Contemporaine
  • 14h15 Pierpaolo Cesaroni (Univ. de Padoue) : « La conception de l’histoire dans « L’archéologie du savoir » »
  • 15h 15 Guillaume Sibertin-Blanc et Julien Pallotta-Girval : « Foucault et le marxisme : le problème de la reproduction ».

 

Lectures conseillées :

  • Michel FOUCAULT, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969 (réédition « Tel », 2008).
  • Michel FOUCAULT, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.
  • Michel FOUCAULT, La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.
  • Michel FOUCAULT, « La vérité et les formes juridiques » (Conférences à l’Université Pontificale de Rio de Janeiro, du 21 au 25 mai 1973), in Dits et écrits I, 1954-1975, Paris, Gallimard, collection « Quarto », 2001, p.1406-1511.

 

17h-19h PIERRE HADOT : L’ENSEIGNEMENT DES ANTIQUES, L’ENSEIGNEMENT DES MODERNES.

Rencontre autour du livre, publié par les éditions de la Rue d’Ulm, consacré au philosophe Pierre Hadot

Organisée par la direction de l’Ecole normale supérieure, le CIEPFC et le CRRLM de l’Ens, le Collège de France, la bibliothèque Ulm-Lettres SHS et les éditions de la Rue d’Ulm.

Lieu : Ecole Normale Supérieure, nouvel immeuble Rataud 1er étage. 45, rue d’Ulm.

 

MARDI 13 AVRIL : « ACTUALITES DE L’IDEALISME ALLEMAND »

Organisateur : Marco Rampazzo Bazzan (Erraphis), Jean-Christophe Goddard (Erraphis-Univ. de Toulouse-Le Mirail)

Lieu : Amphitéâtre Jules Ferry. 29, rue d’Ulm.

Argument : Cette journée d’études veut donner la possibilité aux étudiants Erasmus-Mundus de se confronter avec les chercheurs qui travaillent avec originalité et perspicacité sur l’actualité de l’idéalisme allemand. Les chercheurs invités proposent ci-dessous un corpus textuel qui constitue la base de discussion d’une demi-journée. Lors de la journée d’étude, ils présenteront un exposé relativement bref, d’une quarantaine de minutes maximum (récapitulation de leurs thèses, ouverture de pistes pour leur prolongement ou leur déplacement etc.). Les répondants ouvriront et animeront alors la discussion. Deux chercheurs renommés interviendront dans ce cadre : Markus Gabriel de l’Université de Bonn et Gaetano Rametta de l’Université de Padoue, afin de présenter et de défendre leurs thèses principales sur les connexions de la philosophie classique allemande avec la phénoménologie et la philosophie française contemporaines. Le rôle de « répondant » sera pris en charge par des chercheurs et doctorants du réseau du Forum International de Philosophie Politique et Sociale (FIPS), et des membres du Groupe des Etudes Fichtéennes en Langue Française (GEFLF) et du Groupe de Recherches Matérialistes (GRM).

Programme :

Matinée :

  • 9h30-12h30 : Markus GABRIEL (Univ. de Bonn) « Subjectivités : Nécessité ou contingence. »

Répondants : Charles Thèret (GEFLF-Doctorant-Paris IV), Fabrice Jambois (Doctorant-Erraphis-Univ. de Toulouse le Mirail), Délia Popa (GEFLF-CPDR), Matteo V. D’Alfonso (Internationale Fichte Gesellschaft-Univ. de Bologne).

Textes de Markus Gabriel :

  1. Markus Gabriel/ Slavoj Zizek « Introduction : A plea for a Return to Post-Kantian Idealism » in Gabriel/Zizek : Mythology, Madness, and Laughter : Subjectivity in German Idealism. New York/London 2009 p. 1-14.
  2. Markus Gabriel, The Mithological Being of Reflection- An Essay pn Hegel, Schelling and the Contingency of Necessity in Gabriel/Zizek : Mythology, Madness, and Laughter : Subjectivity in German Idealism. New York/London 2009 p. 15-81.
  3. Markus Gabriel « Kontingenz oder Notwendigkeit – Der modale Status des logischen Raums bei Schelling und Hegel ».
  4. Les paragraphes 2-4 et 15 du livre Gabriel:An den Grenzen der Erkenntnistheorie – Die notwendige Endlichkeit des Wissens als Lektion des Skeptizismus. Alber : Freiburg/München 2008

 

Après-midi :

  • 14h-17h : Gaetano RAMETTA (Univ. de Padoue) : « Politique et philosophie transcendantale entre Fichte et Deleuze »

Répondants : Andrea Cavazzini (Erraphis-GRM), Igor Krotolica (GRM/ENS-Lyon), Antoine Janvier (Ulg). Quentin Landenne (Univ. Libre de Bruxelles)

Textes de Gaetano Rametta : sur Fichte :

  1. Einleitende Bemerkungen über die Wissenschaftslehre von 1807, in “Fichte-Studien“, Bd. 26 (2006), pp. 33-61.
  2. The speculative structures of Fichte’s 1807 Wissenschaftslehre, in “Idealistic Studies”, vol. 37 (2007), n. 2, pp. 121-142.
  3. La pensée transcendantale de la puissance chez Fichte, in J.-Ch.Goddard et A.Schnell (éd.), L’être et le phénomène, Vrin, Paris 2009, pp. 379-391.
  4. “Deutschland oder Europa” : Fichte e la “nazione tedesca”, in ”Filosofia politica”, 2003, n. 1, pp. 23-37.
  5. « Doctrine de la science” et “Doctrine de l’État”. La dissolution de la théologie politique chez le dernier Fichte, in Fichte. La philosophie de la maturité, a cura di J.-Ch. Goddard e M. Maesschalck, Vrin, Paris, 2003, pp. 143-158.
  6. Politik der Vernunft und Vernunftstaat bei Fichte (1793–1808), in Fichte und die Aufklärung, a cura di C. De Pascale et a., Olms, Hildesheim-Zürich-New York, 2004, pp. 227-247.
  7. Das Problem der Souveränität in Fichtes “Staatslehre”, in “Fichte-Studien”, Bd. 29 (2006), pp. 89-99.
  8. Vérité et politique dans la pensée de Fichte lecteur de Machiavel, in Fichte lecteur de Machiavel, a cura di I. Radrizzani, Schwabe, Basel, 2006, pp. 86-97.
  9. Où est la nation allemand dans les “Discours à la nation allemande” ?, in M. Marcuzzi (éd.), Fichte, la philosophie pratique, Publications del’Université de Provence, Aix-en-Provence 2008, pp. 175-84.
  10. La théorie fichtéenne de la conscience dans une perspective biopolitique, in J.-Ch. Goddard, J. Rivera de Rosales (éd.), Fichte et la politique, Polimetrica, Milano 2008, pp. 431-42.

sur Deleuze et la philosophie politique contemporaine :

  1. Biopolitica e coscienza. Riflessioni intorno all’ultimo Deleuze, in “Filosofia politica”, 2006, n. 1, pp. 29-42.
  2. Le “transcendantal” chez Deleuze, in G. Rametta (éd.), Les métamorphoses du transcendantal, Olms, Hildesheim-Zürich-New York 2009, pp. 217-244.
  3. Les Apories du Pouvoir Constituant, in Crise de la démocratie et gouvernement de la vie, a cura di G. Duso, J.-F. Kervégan, Polimetrica, Milano, 2007, pp. 83-94.

 

17h30-19h30 REUNION DE L’AMICALE DES ETUDIANTS ET DES DIPLÔMES EUROPHILOSOPHIE.

Lieu : Amphitéâtre Jules Ferry, 29, rue d’Ulm.

 

MERCREDI 14 AVRIL : « LUTTES SUBALTERNES, SUBJECTIVITES CRITIQUES ET DISSIDENCES THEORIQUES »

Lieu : Amphitéâtre Jules Ferry, 29, rue d’Ulm.

Organisateur : Livio Boni (GRM-Univ. Paris 7).

Argument : Il s’agira en premier lieu de revenir sur l’une des figures majeures de la pensée politique du XXe siècle, Antonio Gramsci, pour interroger la complexité de ses héritages, tant en Italie que dans le monde, notamment dans le courant des Subaltern Studies. Prenant acte d’une actualité éditoriale qui concourra à mettre à distance les usages idéologico-politiques dont l’œuvre de Gramsci a fait l’objet dans la vie politique italienne tout au long du XXe siècle (notamment la parution en octobre 2009 d’un Dictionnaire Gramsci, auquel ont contribué trois des intervenants de cette matinée, Livio Boni, Michele Filippini et Fabio Frosini, l’un des initiateurs du Seminario gramsciano de la section italienne de l’International Gramsci Society, à l’origine de l’initiative du Dictionnaire), on proposera aux participants de cette matinée de repartir du 25ème Cahier de Gramsci, où se noue le projet d’une « historiographie des groupes subalternes », pour analyser l’ampleur et la diversité de ses effets dans la théorie sociale, l’épistémologie historiographique et la réflexion politique contemporaines, chez Said, Hall, Laclau, Ginzburg, Chakraborty, etc. La seconde partie de la journée sera consacrée à différentes tentatives de théoriser et d’analyser les transformations subjectives opérées dans des contextes de luttes collectives.

Programme :

Matinée : « Actualités de Gramsci » :

  • 9h15 Livio Boni (Univ. Paris 7) : « Le 25e Cahier de Prison comme matrice du gramscisme post-marxiste ? »
  • 10h00 Fabio Frosini (Univ. Urbino) : « Gramsci d’après Laclau » (thème d’intervention à confirmer)
  • 11h00Pause
  • 11h30 Michelle Filippini : « Subalternes de l’Etat ou subalternes sans Etat ? »

12h30-14h15 Après-midi : « Subjectivités en lutte et dissidences théoriques » :

  • 14h15 Marianna Scarfone : « Gramsci en Inde ».
  • 15h15 Yoshiyuki Sato : « 68 au Japon et les nouvelles théories marxistes »
  • 16h15 Guillaume Sibertin-Blanc-Livio Boni (GRM) : « Gandhisme et constructions libidinales de la lutte ».

Lectures conseillées :

  • Antonio Gramsci, « Aux marges de l’histoire. Historiographie des groupes sociaux subalternes » ( Cahier 25, 1934) in Cahiers de prison, vol. V, Paris, Gallimard, 1978
  • Antonio Gramsci, « Notes sur la question méridionale » (1926), in A. Gramsci, Ecrits politiques III, Paris, Gallimard, 1980.
  • Carlo Ginzburg, « Mythes, emblèmes, traces ; morphologie et histoire », Paris, Flammarion, 1989.

 

JEUDI 15 AVRIL :

Matinée : Atelier : « La peur dans l’idéalisme allemand (Fichte et Hegel) »

Organisateurs : Laura Lanzillo (Governare la paura-Univ. Bologne)/ Marco Rampazzo Bazzan (GRM-GEFLF-Erraphis)

Participants : Matteo V. D’Alfonso, Silvia Rodeschini (Governare la paura)

Lieu : Amphitéâtre Jules Ferry, 29, rue d’Ulm. Programme :

  • 9h-10h30 : « La peur dans la Phénoménologie de l’Esprit. Confrontations de textes ». Animé par Laura Lanzillo (Université de Bologne) et Silvia Rodeschini (Governare la paura)/ Répondant : Pierpaolo Cesaroni (Univ. de Padoue).

Argumentaire : La dialectique du maître et de l’esclave dans la « Phénoménologie de l’Esprit » constitue un passage fondamental où Hegel discute le rôle de la peur. Dans le processus qui amene de la conscience à l’auto-conscience, Hegel ne décrit pas la peur de l’homme face à la mort comme un fait psychique inter-individuel, mais comme une passion qui met en relation la conscience avec son autre au point que la peur de la mort devient le présupposé aussi bien d’une forme de relation avec le monde naturel (travail) que d’une forme embryonnaire de relation sociale (lutte). En dépit de la critique à laquelle on a soumis d’autres concepts marquant de sa pensée (comme par exemple celui d’histoire ou de système), la proposition hégélienne d’articuler la notion d’auto-conscience au croisement entre peur, travail et subordination a toujours suscité de l’intérêt. Nous tachons d’analyser trois interprétations particulièrement significatives, élaborées par Lukàcs, Kojève et Brandom. Notre analyse visera l’élucidation de la fonction que la peur de la mort ou la mise en danger de la vie joue dans la réflexion sur le problème de la constitution de la conscience et du sujet dans le contexte d’une reprise métaphysique de la philosophie d’Hegel.

Bibliographie :

  • G.W.F. HEGEL, Phänomenologie des Geistes, IV. Die Wahrheit der Gewissheit seiner selbst. (B.) Selbstbewusstsein
  • A. KOJEVE, En guise d’Introduction, in Id., Introduction à la lecture de Hegel, Paris, Gallimard, 1968 (II ed.).
  • G. LUKACS, Der junge Hegel und die Probleme der kapitalistischen Gesellschaft, Kap. 3, par. V.
  • R.B. BRANDOM, The Structure of Desire and Recognition, in « Philosophy and Social Criticism », 2007, 33-1, pp. 127-15

 

  • 11h-12h30 : « La peur dans la doctrine de l’État de Fichte ». Animé par Matteo Vincenzo D’Alfonso (Univ. de Bologne) et Marco Rampazzo Bazzan (GRM-Erraphis)/ Répondant : Antoine Janvier (Ulg)

Argumentaire provisoire : Dans sa « Doctrine de l’État » Fichte s’attaque à une « théologie de la peur » dominante à son époque, et en souligne la signification politique. La passion de la peur est ici le pilier d’un ordre social fondé sur l’attente d’un Dieu réparateur qui suspend toute responsabilité humaine. Ce dispositif est à la base de la structure du Léviathan telle que Carl Schmitt l’a résumée dans « le Cristal d’Hobbes » (La notion du politique) et analysée dans sa « Théologie Politique », à savoir comme le fondement du rapport commandement-obéissance (binôme état-individus) sur lequel se base la philosophie politique moderne. Dans cet atelier nous tâchons d’analyser comment dans la « Doctrine de l’Etat » Fichte déconstruit ce dispositif à travers une réinterprétation de la Révélation, qui récupère l’expérience fondatrice du luthéranisme et refuse toute intercession entre Dieu et la communauté ; et d’interroger cette tentative à partir du fonctionnement de l’idéologie propre à la religion chrétienne que Louis Althusser développe dans « Idéologie et Appareils idéologiques d’État ».

Bibliographie :

  • L. ALTHUSSER, Idéologie et Appareils Idéologiques d’Etat in LOUIS ALTHUSSER, Positions (1964-1975), Paris Les Éditions sociales, 1976 pp. 67-125.
  • J. G. FICHTE, , Die Staatslehre, in J.G. Fichtes Sämtliche Werke, Vol. IV ; pp. traduit par Albrecht, Goddard, Lacaze et Lahbib sous la direction de J-.C. Goddard et G.Lacaze en J.G. FICHTE, La Doctrine de l’état, Vrin Paris, 2006.
  • M. MAESSCHALCK, Religion et identité culturelle chez Fichte, Olms, Hindelsheim-New York-Zurich 2000 pp. 125-143.
  • G. RAMETTA, “Doctrine de la science” et “Doctrine de l’État”. La dissolution de la théologie politique chez le dernier Fichte, in J.-C. GODDARD E M. MAESSCHALCK Fichte. La philosophie de la maturité, Vrin, Paris, 2003, pp. 143-158.
  • C. SCHMITT, Der Begriff des Politischen. [1927, 1934] Berlin, Duncker & Humblot, 1963 [Nachdruck 1996] pp. 121-123.

 

Après-midi

Les étudiants sont invités à participer à la journée d’études : « Le vital-le mortel » – Séminaire « Regards Croisés« 

Lieu : Grand Salon at The American University of Paris 31, avenue Bosquet, 75007 Paris (13h30-16h).

 

VENDREDI 16 AVRIL : « MEMOIRES DES LUTTES ET LEURS MOBILISATIONS : LE/S « CHILI(S) » DE L’UNIDAD POPULAR »

Organisateurs : Fanny Jedlicki (Univ. Paris7), Marco Rampazzo Bazzan (GRM-Erraphis).

Participants : Franck Gaudichaud (Univ. Grenoble), Patricio Guzmàn, Ricardo Parvex, Stéphane Pihet (GRM), Patrick Marcolini (GRM-Erraphis).

Lieu : Amphitéâtre Jules Ferry, 29, rue d’Ulm.

[Argument : Cette journée d’étude s’inscrit dans le travail de recherche, initié dans le séminaire du GRM (Groupe de Recherches Matérialistes) en 2008-2009 et poursuivi lors du Forum International de Philosophie Sociale et Politique à Toulouse en juillet 2009, sur les instruments dont disposent la théorie sociale et la philosophie politique pour penser les modes de constitution et de transformation de la mémoire des luttes, et les formes d’organisation et de mobilisations dans les conjonctures critiques. En prolongeant l’atelier animé lors du FIPS par le Comité d’étude « Chili » du GRM-Erraphis, il s’agira ici de poursuivre l’étude de la conjoncture chilienne 1970-73, notamment de l’Unité populaire et de la présidence de Salvador Allende au Chili, et d’analyser plus spécifiquement les pratiques relatives à sa mémoire dans les conjonctures successives du dernier tiers du XXe siècle. Ce questionnement sera menés sous plusieurs axes :

  1. du point de vue de la conjoncture révolutionnaire : on analysera les formes d’organisation et de mobilisation ouvrières dans la « conjoncture chilienne ». Cette perspective problématique s’inscrit dans l’axe des recherches du GRM consacrées au rapport dialectique entre démocratie et dictature. On part du constat que la dictature a effacé l’intérêt pour l’étude de la spécificité de la politique menée par l’Union Populaire avant le coup d’Etat. Nous voulons analyser l’organisation du mouvement qui soutient l’Unité populaire, sa dialectique et sa dynamique, et les initiatives populaires dans la construction du pouvoir populaire et des « cordons industriels » en réaction à la contre-révolution chilienne soutenue activement par les Etats-Unis.
  2. du point de vue de la mémoire des luttes : l’étude portera aussi bien sur les formes de manifestation psychologiques et sociales de la mémoire (notamment des traumatismes liés à l’exil) et sur les pratiques de production d’identité communautaire des réfugiés chiliens (et de leurs enfants) en Europe, en particulier en France, que sur l’investissement de la mémoire dans le cadre de la mobilisation des communautés et des associations chiliennes lors de l’arrestation de Pinochet.
  3. du point de vue de la conjoncture filmée : sous cet aspect, il s’agit de la possibilité d’élargir le champs d’étude du GRM-Erraphis – « penser (dans) la conjoncture » – à l’analyse de documents audio-visuels et notamment de films politiques (filmer (dans) la conjoncture). La conjoncture chilienne présente à ce sujet plusieurs productions susceptibles de devenir un objet d’analyse, aussi bien de la conjoncture elle-même que de la construction des pratiques de sa mémoire. S’agissant de « la Bataille du Chili » nous aimerions discuter avec Patricio Guzmàn du plan de travail de l’équipe de tournage, des discussions qui suivent le documentaire, afin de comprendre l’impact qu’ont eu les événements sur le tournage (l’organisation de travail de l’équipe) et dans le montage final du film sans oublier la façon dont la présence des caméras prend les visages du peuple,qu’on veut filmer, et les voix de ce peuple tout au long de l’année ’73…

Programme :

Matin :

  • 9h Fanny Jedlicki/ Marco R Bazzan Présentation de la journée
  • 9h15 Projection de Le pouvoir populaire. La Bataille de Chili 3.
  • 10h45 Pause
  • 11h Franck Gaudichaud « Pouvoirs populaires constituants et mobilisations collectives pendant l’Unité populaire (1970-1973) » /Répondants Patrick Marcolini et Stéphane Pihet
  • 12h Filmer le pouvoir populaire. Discussion avec Patricio Guzmàn : .

13h Pause

Après-midi :

  • 14h30 Fanny Jedlicki : « Nos si « fragiles héros ». De la transmission familiale de la mémoire des victimes dans l’exil chilien. »
  • 15h30 Ricardo Parvex : « 16 octobre 1998 : le retour de la mémoire collective. La mobilisation des ex-prisonniers politiques chiliens en France. » 16h30 pause
  • 16h45 L’évocation de la mémoire (dans La mémoire obstinée et Salvador Allende). Discussion avec Patricio Guzmàn.

Lectures conseillées :

  • R. Débray, Entretiens avec Allende, François Maspero Paris, 1971.
  • F. Gaudichaud, O. Compagnon, « Chili : un passé trop vite passé ? » in in Pascal Blanchard, Marc Ferro et Isabelle Veyrat-Masson (dir.), dossier de la revue Hermès : « Les guerres de mémoires dans le monde : enjeux, médias et identité », Paris, 2008.
  • F. Gaudichaud, « Paysages de la vérité du Chili durant l’Unité populaire. Essai d’analyse historiographique », Cahiers des Amériques latines, IHEAL, Paris, N° 50/51, Hiver 2007/2008. – F. Gaudichaud, [« L’Unité populaire par ceux qui l’ont faite », Le Monde Diplomatique, Paris, septembre 2003.
  • Patricio Guzmán, La Bataille du Chili, Documentaire en 3 parties, 1975-1979 (VSF, Ed. Montparnasse)
  • Maurice Najman, Le Chili est proche : révolution et contre-révolution dans le Chili de l’Unité populaire, Paris, Maspero, 1974
  • A. Joxe, Le Chili sous Allende, Paris, Gallimard-Juillard, 1971
  • Patrick Marcolini, Stéphane Pihét et Marco Rampazzo Bazzan :« Mémoires des luttes : l’expérience Allende et le cinéma politique de Patricio Guzmàn ».

 

SAMEDI 17 AVRIL

Lieu : Amphitéâtre Jules Ferry, 29, rue d’Ulm.

Matinée :

  • 8h45-11.15h : Atelier CPDR « Dialogue entre philosophie occidentale et philosophie latino-américaine : colonialité, extériorité et subalternité ».

Participants : Juan-Pablo Bermudez, Alain Loute, Délia Popa, Cristian Valdes (CPDR)

Argumentaire : Différents membres de la cellule philosophie du Centre de Philosophie du Droit (UCL) se proposent d’évoquer quelques pistes de réflexion pour une relance du dialogue entre philosophie « occidentale » et philosophie latino américaine. Dans un premier temps, nous évoquerons une figure majeure de la philosophie latino américaine, à savoir Enrique Dussel. L’intérêt de ce philosophe, auteur central de la philosophie de la libération, est qu’il a remis en question l’hégémonie de la rationalité scientifico-technique de l’Occident, cette dernière reléguant les autres formes de connaissance dans le domaine de la doxa. Nous présenterons son projet de fonder une « politique de la libération » (Cf. Dussel, 2008) basée sur la « validité anti-hégémonique de la communauté des victimes » (Dussel, 1998). Dans un second temps, nous développerons la thèse selon laquelle un véritable échange entre philosophie du « centre » et philosophie de la « périphérie » gagnerait à être relancé. Par échange, nous n’entendons pas simplement un dialogue interculturel ou un échange de point de vue. Nul doute que chaque tradition philosophique gagne à s’ouvrir aux questions et problématiques d’autres traditions philosophiques. Nous pensons, néanmoins, que l’enjeu d’un dialogue Nord-Sud dépasse largement le cadre d’une expérience d’échange interculturel. Notre thèse est qu’il existe des points de rencontres sur lesquels certaines philosophies latino-américaine et certaines philosophies occidentales peuvent collaborer. Dès lors, il ne s’agit pas simplement de s’ouvrir et de s’intéresser à l’autre, mais de s’atteler à des questions communes afin de rendre possible un apprentissage mutuel. A ce titre, nous reviendrons sur le débat « manqué » qui a eu lieu entre Enrique Dussel et Paul Ricoeur à Naples en 1991 (cf. Jervolino 1992 ; Dussel 1996). Si l’échange entre les philosophes a davantage été l’occasion pour ces derniers de marquer leurs différences, il nous semble pourtant, qu’une finalité commune peut être reconnue à leurs philosophies, à savoir la volonté de penser la « créativité normative ». Nous pensons que le débat entre Ricœur et Dussel gagnerait à être relancé sur le plan de cette finalité commune. Nous montrerons également le rôle central qu’à joué la pensée de Lévinas dans la philosophie de la libération. C’est ainsi à partir de la pensée de Lévinas que Dussel a construit l’éthique de la libération, fondée non pas sur une ontologie, mais sur l’Autre comme victime (le pauvre, l’exclu, etc.). Dans un dernier temps, nous présenterons le courant des « géopolitiques de la connaissance » développé par des penseurs latino-américain aux Etas-Unis et en Amérique latine comme Grosfoguel et Mignolo (cf. e. a. Grosfoguel 2006 ; Mignolo 2001). Nous nous centrerons sur leur concept de « colonialité » du savoir. Celui-ci renvoie à l’asymétrie existante entre la connaissance « locale » et la connaissance imposée depuis la perspective coloniale et considérée comme seule légitime. Les « géopolitiques de la connaissance » ont élaboré une théorie critique de la société globalisée qui tient compte de l’expérience des sujets sociaux subalternisés qui souffrent des rigidités de la globalisation hégémonique. Il s’agit d’une critique des bases épistémologiques de la société qui conduisent à privilégier la connaissance moderne occidentale sur toutes autres expériences cognitives. L’intérêt des « géopolitiques de la connaissance » est qu’elles ne se sont pas limitées à développer une telle théorie critique. Elles ont développé également une réflexion sur les conditions d’une décolonisation du savoir qui nous semble essentielle. Elles se sont intéressées aux conditions de l’émergence d’une « pensée des frontières » qui ferait disparaître les facteurs qui ont rendu créé la « différence coloniale » et qui ouvrirait l’espace d’un dialogue plus égalitaire entre pensée du centre et pensée de la périphérie.

Bibliographie

  • Dussel, Enrique, « Éthique de la Libération » in L’univers philosophique, t.1, Jacob A. (dir.), Paris, 1989, pp. 148-154.
  • Dussel, Enrique, (1996), The underside of modernity, Apel, Ricœur, Taylor, Rorty and the philosophy of Liberation, trad. par E. Mendieta, Humanities Press, New-Jersey.
  • Dussel, Enrique (1998), Ética de la liberación en la edad de la globalización y de la exclusión , Trotta, Madrid.
  • Dussel, Enrique (2002), L’éthique de la libération (brève architectonique d’une éthique matérielle et critique), traduit par Albert Kasanda Lumembu, L’Harmattan, Paris.
  • Dussel, Enrique, (2008), Twenty Theses on Politics, Duke University Press.
  • Grosfoguel, Ramon (2006), « Les implications des altérités épistémiques dans la redéfinition du capitalisme global. Transmodernité, pensée frontalière et colonialité », 2006, accessible à l’adresse suivante https://www.cairn.info/article.php ?ID_REVUE=MULT&ID_NUMPUBLIE=MULT_026&ID_ARTICLE=MULT_026_0051.
  • Jervolino, Domenico (1991), « Herméneutique de la praxis et éthique de la libération », in J. Greisch et R. Kearney (dir.), Paul Ricoeur, Les métamorphoses de la raison herméneutique, Paris, Cerf.
  • Jervolino, Domenico (1992), Filosofia e liberazione, La sfida del pensiero del Terzo-Mondo, Lecce, Capone Editore. Mignolo, Walter (2001) , Géopolitique de la connaissance, colonialité du pouvoir et différence colonial, accessible à l’adresse suivante : http://multitudes.samizdat.net/Geopolitique-de-la-connaissance.html.
  • Ricoeur, Paul, (1992), « Philosophie et libération », accessible à l’adresse suivante : http://www.milenio.com.br/ifil/Biblioteca/RICOEUR.TXT.

 

  • 11h45-13h15 : Atelier EuroPhilosophie-Editions

Thème : « Editions en ligne : dynamiques, transformations et potentialités pour la recherche ».

Francesca Di Donato (Univ. de Pise) « Les enjeux politiques de l’open acces contre les Oligopoles », suivi par une table ronde avec Catherine Heyvaerts (Europhilosophie Editions), Jean-Christophe Goddard (UTM-Erraphis), Thiago Mota (CPDR) et Stéphane Pihet (GRM-Le clou dans le fer).

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search