Stage intensif de Printemps 2009

Le stage intensif Erasmus Mundus 2009 de Paris organisé conjointement par EuroPhilosophie et le Centre International d’Etude de Philosophie Française Contemporaine de l’Ecole Normale Supérieure de Paris aura lieu du 6 au 11 avril 2009.

Coordinateur du stage : Sylvain ROUX.

Thème général du stage : “Violence, anthropologie et philosophie”.

Lieux des rencontres et activités :

Ecole Normale Supérieure de Paris (45, Rue d’Ulm 75005 Paris)

FIAP Jean Monnet (30 rue Cabanis 75014 Paris)

 

CONDITIONS DE PARTICIPATION

  • Ce stage est une activité obligatoire pour l’ensemble des étudiants Erasmus Mundus EuroPhilosophie.
  • Tous les étudiants seront hébergés du 5 au 12 avril (12h00) sur le site du FIAP Jean Monnet.
  • Chaque étudiant Erasmus Mundus recevra à son arrivée une carte de l’Ecole Normale Supérieure lui permettant d’accéder librement à la restauration universitaire et à la Bibliothèque de l’Ecole.
  • Les frais de transport et de logement des étudiants UE seront intégralement pris en charge par le Consortium. (Le logement au FIAP sera directement réglé par le Consortium. Le remboursement des transports est plafonné à 250 euros par personne ; il aura lieu dans les meilleurs délais sur présentation des billets)
  • Le Consortium prendra en charge les 4 premières nuitées des étudiants non UE boursiers de la Commission Européenne. Les frais de transport et les 3 dernières nuitées (1 nuitée au FIAP = 46 euros (petit déjeuner compris)) seront à leur charge.

 

Photo de Svetlana Sholokhova

Photo de Svetlana Sholokhova

 

PROGRAMME

dimanche 5 avril :

Arrivée des étudiants au FIAP Jean Monnet

 

lundi 6 avril (9h-12h et 14h-17h) :

Accueil à l’Ecole Normale Supérieure

Mot d’accueil de Frédéric Worms, directeur du Centre International d’Etude de la Philosophie Française Contemporaine / Informations générales sur le stage/ Etablissement des cartes d’étudiants invités

 

lundi 6 avril (18h-19h30) :

Conférence du Professeur Jad Hatem (Université Saint Joseph de Beyrouth) sur Schelling

Lieu : Ecole Normale Supérieure / Archives Husserl

 

mardi 7 avril (toute la journée) :

Journée d’études : “Violence : philosophie, anthropologie, politique”

Co-organisation : F. Jambois, I. Krtolica, G. Sibertin-Blanc

Responsable : G. Sibertin-Blanc – sibergui@wanadoo.fr

Lieu : Ecole Normale Supérieure / CIEPFC / salle Jules Ferry, 29 rue d’Ulm.

PROGRAMME :

  • 9h30 – 10h30 : Valérie Gérard (ENS Paris) : « L’action politique, entre le pouvoir et la violence »
  • 10h30 – 11h30 : Fabrice Jambois (Toulouse Le Mirail) : « Violence et centralité : autour de Gilles Deleuze et René Girard »
  • Pause – 11h30-11h50
  • 1h50 – 12h50 : Igor Krtolica (ENS Lyon) : « Violence et pouvoir : entre Deleuze et Foucault »
  • Déjeuner : 13h00 – 14h30
  • 14h30 – 15h30 : Cécile Lavergne (Paris X Nanterre) : « La violence comme praxis révolutionnaire chez Franz Fanon : la fabrique subjective d’un homme nouveau ? »
  • 15h30 – 16h30 : Julien Girval-Pallotta (Toulouse Le Mirail) : « Violence et idéologie chez Althusser »
  • Pause – 16h30 – 16h45
  • 16h45 – 17h45 : Guillaume Sibertin-Blanc (CIEPFC) : « Violence, État, universel : réflexions autour d’Etienne Balibar »

 

mercredi 8 avril (9h-13h) :

Journée d’études : “Autour de l’anthropologie philosophique de Hans Blumenberg”

Organisateur : Alexander Schnell

Lieu : FIAP Jean Monnet

PROGRAMME

  • 9h – 9h55 : O. Müller (Univ. Freiburg) : Hans Blumenbergs phänomenologische Anthropologie
  • 9h55 – 10h50 : B. Merker (Univ. Francfort s/Main) : Was ist der Mensch ? Historische Anthropologie, Phänomenologie, Epistemologie und Metaphorologie bei Hans Blumenberg
  • 20 min. de Pause
  • 11h10 – 12h05 : J.-C. Monod (Archives Husserl) : Visibilité, retard, action à distance : sur quelques axes de l’anthropologie de Blumenberg
  • 12h05 – 13h : A.Schnell (Univ. Paris-Sorbonne) : Reflexionen über Blumenbergs phänomenologische Anthropologie in der “Beschreibung des Menschen”

 

mercredi 8 avril (aprés-midi) :

Journée de l’Amicale des Etudiants et des Diplomés EuroPhilosophie (AEDE)

 

jeudi 9 avril (toute la journée) :

Georges Bataille. Philosophie et Anthropologie

Organisateur : Sylvain Roux – syl.roux@wanadoo.fr

Lieu : FIAP Jean Monnet

Georges Bataille n’a cessé de se confronter à l’anthropologie, de s’en inspirer ou d’en discuter les résultats. Mais son œuvre traduit aussi la constante volonté de constituer les éléments d’une anthropologie. La Part maudite n’est pas autre chose, selon l’auteur lui-même, que l’esquisse d’une économie générale. L’érotisme veut « exposer les différents aspects de la vie humaine envisagée sous l’angle de l’érotisme » et l’on pourrait en dire autant de la Théorie de la religion qui veut retrouver de tels aspects à partir de la notion de sacrifice. A chaque fois, il s’agit de retrouver les éléments fondamentaux des conduites humaines à partir d’un point de vue particulier (celui de l’érotisme, de l’économie de la dépense ou de la religion) mais aussi de reconduire l’histoire de l’humanité à cette anthropologie fondamentale. Si Bataille donne l’impression de se répéter c’est toujours pour mieux donner à voir ce mouvement de sa pensée. Mais si la pensée de Bataille prend la forme d’une anthropologie ou en emprunte les objets et le discours, elle n’en donne pas moins l’image d’une anthropologie paradoxale. Celle-ci ne se présente pas comme la science descriptive des faits humains mais se veut entreprise de réconciliation de la pensée et de l’action. « Sociologie sacrée » donc et non point seulement sociologie du sacré comme il aurait pu être tentant de l’appeler.

Comment un tel projet d’une anthropologie militante a-t-il pu influer sur la philosophie française contemporaine et nourrir ses débats ? Cette journée voudrait tenter d’évaluer ce que les auteurs qui développent certaines de leurs analyses à partir des années 60, doivent au projet de Bataille, en cherchant notamment comment ceux-ci ne se nourrissent pas seulement au discours philosophique mais à cette anthropologie qui a clairement signifié les limites de la philosophie elle-même. La philosophie française contemporaine a voulu ainsi se renouveler en puisant aux sources d’un projet qui contestait pourtant la philosophie. Par quelles voies un tel emprunt a pu être possible, notamment chez des penseurs tels que Deleuze, Foucault, ou Derrida, c’est ce que se proposent d’étudier ces rencontres.

PROGRAMME :

Expériences anthropologiques.

  • 09h – 09h45 : Aurélie Névot (CNRS) : « Georges Bataille et les supplices chinois : analyse d’une mise en scène macabre »
  • 10h00 – 10h45 : Didier Girard (Université de Perpignan) : « Luxe fragile. Bataille hétérologique »
  • Pause – 11h00-11h15
  • 11h15 – 12h00 : Alain Petit (Université de Clermont-Ferrand) : « Bataille et l’expérience dionysiaque »

Déjeuner : 12h30 – 14h00

Philosophie et anthropologie.

  • 14h00 – 14h45 : Frédéric Keck (CNRS-Paris) : « Le primitif et le mystique chez Lévy-Bruhl, Bergson et Bataille »
  • 15h00 – 15h45 : Sylvain Roux (Université de Poitiers) : « Redevenir grecs ? Bataille et Foucault »
  • Pause – 16h00 – 16h15
  • 16h15 – 17h00 : Jean-Christophe Goddard (Université de Toulouse-Le Mirail) : « La machine de guerre bataillienne »

 

vendredi 10 avril (9h-12h) :

demi-journée libre

 

vendredi 10 avril (16h-18h) :

Séminaire de Frédéric Worms : “le moment du vivant”

Lieu : Ecole Normale Supérieure / CIEPFC / Salle de conférence, 46 rue d’Ulm.

 

samedi 11 avril :

Journée libre

 

11 avril (20h) :

Repas de fin de stage

Lieu : FIAP Jean Monnet

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search