Rita Ségato à l’UCL – Conférence et atelier

 

Le Centre de Philosophie du Droit de l’Université catholique de Louvain et le laboratoire ERRAPHIS de l’Université Toulouse Jean-Jaurès, en collaboration avec le Groupe de philosophie interculturelle de l’UCL ont le plaisir de vous inviter à la neuvième séance du séminaire Penser les décolonisations. Ce séminaire vise à examiner la manière dont la pensée et l’action décoloniales peuvent fournir des outils pour critiquer et transformer les modes de penser et d’agir hérités du passé colonial mais qui dominent encore aujourd’hui les fondements d’un nouvel ordre transnational.
 
En cette occasion, nous aurons le plaisir d’accueillir la professeure Rita Segato, anthropologue et féministe décoloniale argentine. La séance sera divisée en deux parties : la première partie abordera le rapport existant entre le domaine du soin (care),  le racisme, l’inconscient collectif et la configuration des identités nationales et individuelles. Pour ce faire, nous travaillerons, sous la forme d’un atelier, sur l’ouvrage de Rita Segato L’Œdipe noir. Des nourrices et des mères. La deuxième partie de la séance se déroulera sous la forme d’une table ronde et portera sur la manière dont Rita Segato entend le féminisme décolonial. Nous examinerons les notions de patriarcat de basse et de haute intensité, le rôle et la signification de ce qu’elle appelle la colonialité du genre et les rapports existants entre la colonialité, le capitalisme et les violences commises contre les femmes à travers ce que Segato appelle la « pédagogie de la cruauté ».
 
La lecture préalable de L’Œdipe noir est obligatoire (vous trouverez ci-joint le document en  PDF). De même, vous trouverez ci-joint l’article inédit « Manifesto in Four Themes » qui sera bientôt publié dans la revue Critical Times (la lecture de cet article n’est pas obligatoire, mais elle est fortement suggérée afin d’enrichir le dialogue).
 
Rita Segato, est antropologue et feministe décoloniale. Elle a été titulaire de la chaire d’Anthropologie et Bioéthique de l’UNESCO à l’Université de Brasilia. Elle a aussi dirigé le groupe de recherche Anthropologie et droits de l’homme du Conseil National de la Recherche Scientifique et Technologique du Brésil. Sa recherche porte sur la violence du genre en Amérique latine et les rapports entre le genre, le racisme et la colonialité. Elle a notamment contribué à l’élargissement du concept de « colonialité du pouvoir » à partir de ce qu’elle appelle la « colonialité du genre » et la distinction entre le patriarcat de basse et de haute intensitéElle a également contribué à l’approfondissement des analyses sur la dimension psychique du pouvoir colonial et à la reformulation des méthodologies et de l’épistémologie des sciences humaines à travers ce qu’elle appelle une « anthropologie par demande ». Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages, parmi lesquels se trouvent : L’Œdipe noir (Payot, 2014), La Guerra contra las mujeres (Traficantes de Sueños, 2016), La Crítica de la Colonialidad en Ocho ensayos y una Antropología por Demanda (2015), Las Estructuras Elementales de La Violencia (Prometeo, 2013).
 
La séance se déroulera en anglais (mais les participations pourront se faire également en français et en espagnol) et aura lieu le vendredi 2 mars 2018, à l’auditoire MORE 73 (Collège Thomas More, Place Montesquieu), de 10h-13h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *