Tanella Boni

Dans le cadre des chaires EuroPhilosophie 2013/2014, Tanella Boni effectue un séjour de recherche et d’enseignement à l’Université de Toulouse II-Le Mirail en février 2014.

111

tanella_boni

Tanella BONI
©ChDELORY

 

Programme du Séminaire :

 

Mardi 11 février, de 10h30 à 12h30, Maison de la Recherche, salle D155

Mardi 18 février, de 10h30 à 12h30, Maison de la Recherche, salle D155

Voir le plan de l’UTM

____________________________________________________________________

La traversée des frontières entre Philosophie et Littérature

Tanella Boni est professeur de philosophie à l’Université de Cocody, Abidjan (Côte d’Ivoire), poétesse, romancière et essayiste, auteure d’une vingtaine d’ouvrages.

 

Les frontières sont partout, nous en faisons l’expérience quotidiennement dans l’espace et dans le temps, les langues, les disciplines, mais aussi du point de vue du genre. Mais qu’est-ce qu’une frontière ? Question philosophique qui concerne un objet qui se dérobe, se diffracte ou se multiplie dès la première approche. Est-elle illimitée comme l’horizon ? Elle apparait pourtant comme une borne à ne pas franchir ici et maintenant. Toute frontière construit et déconstruit. Entre ligne de fuite, fissure, fracture, bord elle crée marge, clôture, zone, ghetto…. Comment passer d’ici à là-bas ? Entre là-bas et ici ? Entre le dehors et le dedans ? Le péril est, en effet, au cœur de la traversée. Il s’agit de voir, entendre, penser, écrire et lire « entre » les bords ou les rives de ce « nulle-part » difficilement habitable. On pourrait passer en revue les mots de la « frontière ».

On se contentera, ici, de penser les frontières entre littérature et philosophie que l’on pourrait franchir à ses risques et périls : les risques de la traversée en écriture entre bords, « continents » et langues : peut-on éviter les écueils ? Les périls de « l’aventure ambiguë » (selon le mot de Cheikh Hamidou Kane), celui de n’être ni « dehors », ni « dedans ». Les risques de la lecture entre les failles, les cloisons, les grilles, les histoires littéraires ou philosophiques. Penser les frontières en insistant sur les lieux où on les pense et panse : là-bas, l’ailleurs, le dehors, le lieu qui n’en est pas un : celui de la blessure, de l’événement, de l’urgence, qui, pourtant, résiste et reste. Prendre en compte l’impensable, l’innommable, l’invisible du point de vue des histoires de la philosophie et de la littérature et essayer de leur donner droit de cité quelque part entre l’ici et l’ailleurs. Parce que la littérature a aussi ses bords, lire les frontières qui la traversent de part en part. Comment penser la « démarcation » entre philosophie et littérature ? Franchir le pas ou établir la relation entre ces deux « disciplines » en philosophant autrement et /ou en lisant le monde autrement.

 

Bibliographie indicative :

Tanella Boni,

Les nègres n’iront jamais au paradis, Paris, le Serpent à plumes, 2006

La diversité du monde, Réflexions sur l’écriture et les questions de notre temps, Paris,

L’Harmattan, 2010.

Ken Bugul, La pièce d’or, Paris, Ubu éditions, 2006.

Jacques Derrida, Marges de la philosophie, Paris, Minuit, 1972.

Edouard Glissant, Philosophie de la relation, Paris, Gallimard, 2009.

Séverine Kodjo- Grandvaux, Philosophies africaines, Paris, Présence africaine, 2013.

Pierre Macherey, Philosopher avec la littérature, Paris, Hermann, 2013.

Scholastique Mukasonga, L’iguifou, Paris, Gallimard, Continents noirs, 2010.

Léopold Sédar Senghor, Liberté 5, Le dialogue des cultures, Paris, Seuil, 1993

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search