Colloque : Marcien Towa et la question du développement en Afrique

Président du Comité scientifique : Professeur Komi KOUVON
Vice-Président du Comité scientifique : Professeur Jean-Christophe GODDARD

Date : 30 et 31 mars 2023
Lieu : Grande salle du Centre international de recherche et d’étude de langues – village du Bénin

Participer à la réunion Zoom : https://us06web.zoom.us/j/3130445666?pwd=b1Z2QTdjUTFRYUtNREQyWTIyd3FRZz09

ID de réunion : 313 044 5666

Code secret : 00228


Heure : 7h30-17h30 GMT (France : GMT + 2 !!!)


RÉSUMÉS

PUISSANCE MATÉRIELLE, AUTODÉTERMINATION POLITIQUE ET PERSPECTIVE ENDOGÈNE DU DÉVELOPPEMENT CHEZ MARCIEN TOWA
AGNIDE Koffi (Université de Lomé, Togo – Département de Philosophie)

Le grand défi de l’Afrique, des années des indépendances jusqu’à nos jours, reste celui du développement. Il s’agit dans cette contribution d’élucider un aspect de la pensée de Marcien Towa sur la question du développement en Afrique en mettant en exergue le lien étroit que l’auteur établit entre possession de la puissance matérielle, autodétermination politique et développement lui-même compris comme un processus encré dans son contexte et porté par des peuples libres de toute sujétion étrangère. Le développement du continent africain passe selon Marcien Towa par l’avènement d’une Afrique puissante, auto-centrée et libre dans un monde libéré des idéologies et puissances de domination. Il n’y a pas d’indépendance politique ni de développement sans puissance matérielle qui permet à une communauté humaine de se mettre souverainement en mouvement et en capacité de résister au besoin à l’impérialisme et aux agressions des grandes puissances. L’approche endogène du développement qui se dégage de la pensée de Marcien Towa autorise le recours à l’expertise extérieure (occidentale) quitte à la soumettre, suivant les mots d’Aimé Césaire, à la dialectique de nos besoins.

Mots clés : Développement endogène, puissance matérielle, autodétermination, liberté

MARCIEN TOWA OU UNE NOUVELLE ORIENTATION PHILOSOPHIQUE EN AFRIQUE
ABALO Miesso (Université de Kara, Togo)

La question de la philosophie africaine est victime d’un vieux préjugé qui ne cesse de faire son chemin malgré le parfait condensé que présente cette philosophie sur les réalités africaines. Ce préjugé ayant conduit aux épigones et à leurs contraires sur l’existence ou non d’une philosophie authentiquement africaine, est devenu le classique des classiques comme un débat fatigant. Pour beaucoup, à en croire aux propos de Marcien Towa, la question de la philosophie africaine est choquante en raison de la situation confuse qu’elle présente dans l’usage abusif du concept de philosophie. Le ton polémique de cette situation fut l’essai mobilisateur de Placide Tempels avec la publication de son ouvrage intitulé La philosophie bantoue, qui a sonné l’ère de la transition intellectuelle pour le peuple africain de s’engager dans le débat philosophique. Plusieurs tentatives ont été faites à la suite de l’oeuvre de Placide Tempels pour situer le noeud du problème que soulève la question de la philosophie africaine. Malheureusement, il y a une arrière-pensée idéologique qui pèse sur la question de la philosophie en Afrique. D’où le besoin, selon Marcien Towa, que la question de la philosophie africaine soit résolument subordonnée à un examen impartial susceptible d’évaluer, dans un jugement objectif, l’étendue et la valeur intrinsèque de cette philosophie. L’objectif de cette recherche est de partir de la question de l’existence ou non de la philosophie africaine pour asseoir un discours philosophique susceptible de prendre en compte les problèmes relatifs au développement de l’Afrique. Il s’agit de donner une nouvelle orientation à la philosophie africaine afin qu’elle puisse se faire comme une matrice de l’univers technique et scientifique en Afrique.

Mots clés : Développement, idéologie africaine, idéologie occidentale, orientation, philosophie africaine

PHILOSOPHIE DU PROGRESSISME NOIR : SUR MARCIEN TOWA ET STANISLAS ADOTEVI
AJARI Norman (Maître de Conférences, Études Noires Francophones à l’Université d’Édimbourg)

En 1971, paraissait l’Essai sur la problématique philosophique dans l’Afrique actuelle de Marcien Towa. Un an plus tard, Stanislas Adotevi publie Négritude et Négrologues, où le philosophe béninois témoigne de sa dette à l’égard des analyses du camerounais. Dans une conjoncture toujours marquée par l’anticolonialisme en Afrique et par diverses formes de nationalisme noir dans la diaspora, les deux auteurs élaborent des analyses critiques de la négritude très semblables, fondées sur une distinction tranchée de la pensée de Senghor et de celle, jugée moins fixiste, de Césaire. Leur rejet de l’ethnophilosophie se fait sur des bases matérialistes inspirées du marxisme, mais pensées depuis l’originalité d’une philosophie africaine. Ils partagent également la même conviction que l’Afrique a besoin de développer une politique et une philosophie révolutionnaires, où la connaissance du passé ne ferait pas loi. Il faut au contraire développer une attitude créatrice et auto-transformatrice. Enfin, ces deux auteurs pensent les intérêts et l’avenir de l’Afrique en lien avec la diaspora et les mouvements politiques progressistes qui s’y déploient. Cette communication aura pour but de montrer comment le « progressisme noir » que dessinent les relations, échanges et points communs entre Towa et Adotevi représente une véritable option, ou une tendance, au sein des débats de la seconde moitié XXe siècle sur la philosophie africaine. Par son ambition révolutionnaire de transfigurer la pensée et la politique africaines, le progressisme noir se distingue aussi bien de l’ethnophilosophie que l’approche herméneutique de Fabien Eboussi Boulaga.

LA QUESTION DU DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE CHEZ MARCIEN TOWA : DE LA RÉVOLUTION À LA LIBÉRATION
ALOSSE Dotsè Charles-Grégoire (Maître de Conférences, Université de Kara – Philosophie politique)

La question du développement des pays africains est au coeur des préoccupations des politiques, des intellectuels et des chercheurs africains. La recherche des voies et moyens pour le progrès du continent intéresse particulièrement les philosophes qui se sont penchés depuis les indépendances sur cette question. Parmi ces philosophes, Marcien Towa se démarque par sa philosophie du développement qui consiste à briser la répétition stérile de ce qui est occidental et à acquérir la liberté en s’émancipant du carcan de l’Occident. Il s’agit du développement adapté au continent africain, d’une révolution pour la libération de l’Afrique partant de sa situation réelle ; des conditions intellectuelles, spirituelles, matérielles, sociales et des concepts aptes à prendre en compte les aspirations et les rêves des Africains. Il s’agit donc de faire une révolution pour la libération. La question principale est alors la suivante : Comment réaliser le projet du développement de l’Afrique par-delà les contraintes intérieures et extérieures ? Notre hypothèse est que pour réaliser le projet de développement de l’Afrique, il faut partir de l’approche du développement de Marcien Towa qui vise à la fois la révolution et la libération du soi africain. L’argumentation procède en trois étapes. La première présente les projets traditionnels du développement de l’Afrique comme importés de l’Occident. La deuxième expose la révolution, telle que pensée par Towa, comme le combat avec soi et contre les contraintes extérieures. La dernière conçoit la libération du soi africain comme l’action concrète de ce combat. Les résultats plaident pour un développement dé-idéologisé et adapté à l’Afrique.

Mots clés : Afrique, développement, libération, révolution, Towa.

MARCIEN TOWA ET LA CRITIQUE DU PARADIGME D’UNE VOIE AFRICAINE
AMEWU Yawo Agbéko (Maître de Conférences, Université de Lomé- Philosophie politique)

Le colonialisme dans sa condescendance, dans ses catégories classificatoires et dans sa fameuse « mission civilisatrice » a ravalé le monde africain au rang d’un primitivisme culturel, en marge de l’histoire universelle. Aussi se souvient-on de la prise de position au relent ethnocentriste et raciste de Hegel (1965, p. 247). La réaction contre le colonialisme a conduit historiquement parlant à la réaffirmation de l’identité culturelle. En témoigne le mouvement politico-culturel de la négritude ou de l’ethnophilosophie qui est apparu comme une riposte, un jeu de parade. Cependant, dans sa quête de l’identité nègre, ce mouvement en a appelé, à bien des égards, aux replis identitaires. Certes, nul ne peut douter que ce mouvement a été un mouvement de récupération qui a obtenu aux Africains leur carte d’identité humaine. Mais il faudrait reconnaître tout de même que la surestimation de l’identité nègre n’est pas en soi facteur de libération, surtout quand elle se fait sur la base d’une singularisation et d’une essentialisation de l’identité nègre. Les critiques acerbes contre la négritude senghorienne, par exemple, portent à maints égards sur l’obstination à présenter le « nègre » comme un être atypique, ne varietur, un « être de la nature » et d’« émotion », etc., autant de jugements très discutables qui invitent beaucoup plus à la servitude qu’à la libération. On apprécie à juste titre la critique de M. Towa sur fond d’une déconstruction de l’identité nègre, en raison du gauchissement idéologique auquel elle fait l’objet, et pour qui le développement culturel n’est possible en Afrique qu’en ayant pour soubassement « une puissance matérielle capable de garantir sa souveraineté et son pouvoir de décision », dans les domaines politique, économique, culturel, contrairement au discours de certains « négritudiens » et ethnophilosophes qui « entretiennent l’illusion que l’Afrique pourrait apporter à l’Europe un “supplément d’âme” » (M. Towa, 1971, p. 51). Ce travail, dans une triple démarche analytique, critique et prospective, à la lumière de la philosophie de Towa, se propose de reconceptualiser le paradigme d’une voie africaine qui sert de lit de Procuste aux idéologies du « retour aux sources » et d’une démocratie à l’africaine, ces mythes politiques qui occultent l’idée du développement en Afrique.

Mots clés : Colonialisme, Développement, Ethnophilosophie, Négritude, Voie africaine.

LA NÉCESSITÉ DE CLARIFIER LES ÉQUIVOQUES QUI PÈSENT SUR LA PENSÉE DE MARCIEN TOWA : UNE LECTURE CRITIQUE DE PIUS ONDOUA ET DE LAZARE MARCELLIN POAME
BADAKA Wiyao (Université Toulouse-Jean Jaurès)

La présente réflexion s’inscrit dans une logique de clarification de la pensée de Marcien Towa, laquelle est centrée sur la domestication de la science et de la technologie. Si ce besoin se fait sentir, c’est justement parce que beaucoup d’auteurs africains comme Pius Ondoua et Lazare Marcellin Poame trouvent dans cette pensée un projet autre que celui prôné par l’auteur lui-même, la libération et le développement de l’Afrique. Ce qui explique leurs tendances à la considérer comme une injonction à l’aliénation. Face à une telle situation, il apparaît nécessaire de lever le voile sur les équivoques qui pèsent sur cette pensée et montrer qu’elle constitue une thérapie efficace contre les crises sociopolitiques africaines contemporaines.

Mots clés : technoscience, aliénation, domination, libération, développement.

QUELLE APPROCHE ÉTHIQUE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE, DANS LA PHILOSOPHIE DE MARCIEN TOWA ?

BASSONNA Lamegu Gilbert (Université de Kara)

Les trajectoires de la philosophie de Marcien Towa ont connu des difficultés d’interprétation. Certains commentateurs ont vu, dans l’effort de Marcien Towa de comprendre la situation de l’Afrique et de lui proposer une solution, un discours négativiste sur l’Afrique et une volonté d’occidentalisation de l’Afrique. Pourtant, le philosophe Camerounais a bien écrit qu’il est contre « le mimétisme irréfléchi ». Fort de ce constat, Charles Romain Mbelé souligne qu’il y a moins de questionnement sur la philosophie du développement de Marcien Towa dans la mesure où sa pensée vise non pas ce que nous sommes par rapport aux autres, c’est-à-dire notre essence, mais ce que nous devons être, notre devoir-être. La philosophie de Towa est donc un questionnement sur « la possibilité essentielle de nous-mêmes », idée qui « n’est pas interrogée, questionnée sereinement s’agissant de ses implications philosophiques et méthodologiques. » Dans le but de questionner cette philosophie du développement, notre préoccupation est la suivante : quelle est l’approche éthique du développement de l’Afrique dans la philosophie de Marcien Towa ?

Mots clés : Afrique, approche éthique, devoir-être, développement.

RECONSTRUIRE LA DIGNITÉ DE L’AFRICAIN EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DU CONTINENT NOIR: UNE LECTURE DE MARCIEN TOWA

BINI Essonam (Maître de Conférences, Université de Kara)

Le premier article de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme stipule que « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits (…)». La dignité humaine est une valeur absolue, universelle et inaliénable. C’est un capital métaphysique mais aussi une composante essentielle de chaque être humain qui sert de substrat ontologique et donne une identité éthique, politique et désormais juridique. Toute personne prend appui sur ce capital pour son épanouissement moral, psycho-affectif, social et intellectuel. La dignité de la personne est déterminante pour toute réalisation et pour la cohésion sociale. Aussi ne peut-on parler de développement et de progrès de l’Afrique (sur tous les plans) sans au préalable réfléchir à la question de l’identité des acteurs que sont les Africains. Quelle identité a l’Africain aujourd’hui ? Si les réponses à cette interrogation divergent, l’analyse de Marcien Towa (2006, p. 15) nous donne une piste intéressante : « Ce que nous avons en propre, ce ne sont pas seulement les valeurs que le monde attendrait, mais aussi de redoutables lacunes. Celles-ci furent responsables de notre défaite, et la responsabilité de nos difficultés actuelles doit aussi leur être attribuée pour une bonne part. » Ainsi appert-il de son propos que l’Africain a des difficultés qui participent d’une dignité amoindrie. De cela, la pensée philosophique actuelle sur le développement de l’Afrique ne peut éluder l’impératif qui est celui de reconstruire la dignité de l’Africain ; ainsi les fondements (ontologique, éthique et politique) du développement intégral du continent seront posés.

Mots clés : développement, Africain, dignité, identité.

MARCIEN TOWA ET LA CRITIQUE SENGHORIENNE DE LA NÉGRITUDE : UNE CONTRIBUTION À L’IDÉOLOGIE DU PANAFRICANISME ?

BOUTORA Tikena Charles Wilfried (Université Paris-Est Créteil)

Après la première génération des panafricains constitués au début du XXème siècle essentiellement par des noirs américains et caribéens tels que Sylvester Williams, William Edward Burghardt Du Bois dit “W. E. B. Du Bois”, Marcus Garvey, Georges Padmore (…), se forme la deuxième génération avec les noirs africains. Ces noirs africains sont inspirés et influencés par les pères fondateurs du panafricanisme et sont de deux grands bords : d’une part, des hommes politiques dont Kwame Nkrumah, Sékou Touré, Amilcar Cabral, Julius Nyerere etc. et d’autre part des intellectuels de grande renommée comme Marcien Towa qui nous intéresse dans la présente étude, Cheikh Anta Diop, et autres. Le philosophe marcien Towa (1931-2014) est un personnage incontournable de l’histoire intellectuelle de l’Afrique qui a contribué ardemment aux côtés d’autres intellectuels de renom, à l’écriture de l’Histoire moderne de l’Afrique. Son combat très légitimement fut de laver les africains de l’opprobre (les images stéréotypées de l’Afrique et de ses habitants créées par les colonisateurs). À travers une critique de la négritude Senghorienne, il apporte une contribution remarquable à la réflexion sur le mouvement, de facto un apport considérable à l’idéologie du panafricanisme.

Mots clés : Négritude, Panafricanisme, Critique, Contribution

LA PHILOSOPHIE DE LA LIBÉRATION CHEZ MARCIEN TOWA : REPÈRE POUR UN DÉVELOPPEMENT DÉCOMPLEXÉ DE L’AFRIQUE DOLOU

Kossi Emmanuel (Université de Tours)

Après soixante ans d’indépendance, le continent africain est toujours marqué par une instabilité à la fois politique, économique et cultuelle, toutes choses qu’on range dans le sous-développement. Cette instabilité se justifie par une subordination tutélaire des États africains à leurs ex-colons qui poursuivent leurs besognes de domination et de contrôle de l’Afrique. Loin de remplir les critères fondamentaux de développement, l’Afrique croupie encore sous le joug impérial nonobstant son indépendance théorique. Or, le développement du continent passe incontestablement par sa libération du point de vue de pesanteurs interne et externe. Dans cette optique, la philosophie de la libération de Marcien Towa constitue un véritable repère pour le développement de l’Afrique. Les conditions d’existence de l’Africain, en tant que sujet – dominé en quête de liberté, et de sa dignité, exigent l’effectivité d’une conscience active qui s’entend comme une conscience qui se prend en charge, qui lutte pour l’autonomie et qui se réconcilie avec soi. L’ouverture de l’Afrique va de pair avec sa volonté d’affirmation et c’est dans ce processus de libération qu’elle atteindra son affirmation dans le monde. L’effectivité de cette ouverture passe par une conscience active qui prend cause à partir d’un idéal qui, chez Marcien Towa, prend la forme d’une libération politique, culturelle, économique et sociale de l’Afrique. L’argumentaire procède en deux temps : après avoir présenté la philosophie de la libération de Marcien Towa qui stipule avec force que les dominés doivent avant tout se libérer du monopole occidental de la pensée rationnelle, nous montrerons en quoi cette philosophie peut conduire l’Afrique à son développement.

Mots clés : Afrique, conscience, développement, indépendance, libération.

NÉGRITUDE ET ENJEUX DU DÉVELOPPEMENT EN AFRIQUE CHEZ MARCIEN TOWA

DOWOUSSOU Etudo Kokou (Université de Lomé-Togo)

La question du développement est d’une préoccupation majeure tant dans les sphères politiques qu’intellectuelles. On estime que tout développement est lié à la raison et à l’histoire, toutes tendant vers l’universalité. Dès lors, le philosophe Hegel a estimé qu’en tant que sujet, l’homme Africain n’avait pas, jusqu’à un moment de l’histoire, les aptitudes requises pour produire de lui-même l’objet universel afin de parvenir à l’histoire universelle. La raison n’a pas pu visiter l’âme des Africains, c’est pourquoi il leur est impossible d’entrer dans l’histoire universelle. Le parcours de l’Esprit a laissé l’Afrique en marge ; ce qui fait de ce continent un monde a-historique. Cependant dès les années 1930, on a assisté à l’émergence de figures d’intellectuels à l’instar d’Aimé Césaire, de Léopold Senghor qui ont revendiqué un patrimoine de la raison nègre dans l’histoire universelle et ce, à travers la négritude. Avec pour vocation de renverser les injures et insultes racistes, la négritude s’emploie dorénavant pour valoriser et réhabiliter l’homme noir. Désormais, le Noir ne se définit plus par rapport au Blanc, mais par rapport à lui-même. Il s’agit là d’une révolution épistémique, car le Noir revendique sa raison dans l’histoire et son aptitude à se reconstruire pour son développement. Toutefois, dans les années 1970, qualifiée d’« idéologie du néo-colonialisme » par de nouveaux penseurs, la Négritude sera victime d’un véritable procès. Chez Marcien Towa par exemple, l’Afrique doit s’imposer une auto-occidentalisation, une reconversion des cultures, sciences, techniques, facteurs essentiels de l’« arme miraculeuse » pour son développement.

Mots clés : raison, histoire, négritude, arme miraculeuse, développement

RÉVOLUTION RADICALE » ET DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE CHEZ MARCIEN TOWA

EKLOU Herbert Koffi (Université de Lomé)

Si la philosophie marcienne s’impose encore aujourd’hui avec évidence, c’est qu’elle répond à l’impérieuse question du développement des sociétés africaines. Pour Marcien Towa le développement des sociétés africaines implique une « révolution radicale ». Celle-ci exige une rupture avec l’idéologie raciste selon laquelle le nègre est dépourvu de rationalité pour une réappropriation du matérialisme occidental. Cette idée de Marcien Towa se confirme bien aujourd’hui puisqu’aucun peuple du monde ne s’est développé en marge de la science et de la technique occidentale. Cette contribution cherche à répondre à la préoccupation du développement des sociétés africaines à partir des idées philosophiques de Marcien Towa.

Mots clés : idéologie, matérialisme occidentale, société africaine, développement, révolution radicale.

L’AUTO-CENTREMENT COMME CONDITION DU DÉVELOPPEMENT : TOWA ET LA QUESTION IDENTITAIRE

ESSENGUE Alain Christophe (Université de Toulouse 2 – Jean Jaurès)

Dans Identité et Transcendance, Towa se propose d’analyser ce qui, inconditionnellement, fonde, constitue et pérennise la vie de toute les identités : humaine et culturelle de manière singulière. Dans cette approche, où la référence à lui-même de l’homme noire est fondamentale, il est question d’établir les schèmes et les conditions de possibilité d’un être à soi propre dans un contexte de domination et d’aliénation perpétuellement actualisé. Towa fixe ainsi six propositions dont la maxime la plus efficiente est : « la raison est que le colonialisme ou le néo-colonialisme n’est pas assez fou pour susciter une civilisation rivale dont le premier souci serait d’en terminer avec la domination ». C’est à la croisée de cet immobilisme qui emmure le noir et d’un colonialisme vivant, conquérant, que nait l’auto-centrement comme tentative d’échapper à ce dualisme mortifère. Malgré ses efforts, l’auto-centrement towiste, considérant le matérialisme de la dissuasion par la force comme condition essentielle à toute possibilité de retour sur soi, pose au moins deux problèmes : d’abord, l’affirmation de la domination positiviste (science et technologie) comme coryphée du biais dominant occidental. Mais surtout c’est le renoncement à la possibilité d’une voie qui exclue la violence et l’arbitraire au motif que les plus faibles d’hier seraient moins enclins à la domination et à la prédation des plus forts d’aujourd’hui. Cette présentation donc est une heuristique des six sentences towistes sur l’identité, pour ce qu’elles sont mais également de la manière dont elles se déploient.

LA PHILOSOPHIE ET LE SECRET DE LA FORCE COLONIALE OCCIDENTALE

GODDARD Jean-Christophe (Université de Toulouse 2)

En 1977, dans La crise du Muntu, Fabien Eboussi Boulaga prend à son compte l’idée fondatrice avancée par Marcien Towa en 1971 dans l’Essai sur la problématique philosophique dans l’Afrique actuelle selon laquelle la philosophie, en tant qu’elle est « la matrice de l’univers scientifico-technique », est « le secret de la puissance et de la domination » de l’Europe. Il en radicalise le sens et lui donne une portée critique inédite en affirmant que « l’ontologie européenne », qu’elle soit « réaliste, transcendantale ou dialectique », « s’achève en ethnocides, en destruction planétaire des dieux, de la terre et des hommes » et a « partie liée avec la violence et la mort », dans la mesure où, devenue « onturgie », elle est au principe des « techniques de la reproduction ou de la production des êtres et des hommes sous les espèces des valeurs mesurables, calculables et utilisables ». La communication interrogera, dans le sillage du débat Eboussi/Towa, les formes possibles d’une reprise anti-coloniale et non destructiviste de la philosophie européenne.

Mots clés : philosophie européenne, secret de la domination, Eboussi Boulaga, ethnocide, technique

LE SENS DE L’AFFIRMATION DE L’IDENTITÉ CULTURELLE AFRICAINE CHEZ MARCIEN TOWA

HOUNTON Huédoté Fernand (Université de Lomé)

Dans l’approche de la question de l’identité culturelle africaine en rapport avec l’examen des conditions de développement du continent par Marcien Towa, s’est installé un paradoxe fondamental qui rend ambiguë la situation de sa philosophie entre postcolonialisme et néocolonialisme. Ce paradoxe se loge dans l’apparent contraste entre le projet d’affirmation du soi africain et l’invitation à la négation du même soi. Ce malentendu génère beaucoup de controverses qui nécessitent une relecture de la position de l’auteur sur l’identité culturelle des sociétés africaines. Cette contribution entreprend d’étudier le sens de l’affirmation de l’identité culturelle africaine chez Towa pour tenter de démêler la situation. La position de l’auteur, nous semble-il, devrait s’entendre comme l’expression d’une dialectique lucide entre le contenu des ensembles culturels constitués et un projet d’existence collective fécondé par l’impératif de l’initiative historique. Dans ce sens, l’analyse de l’idée de « révolution » culturelle permet de comprendre la logique qui sous-tend la double exhortation au tri de valeurs culturelles et au développement du pouvoir matériel par le biais de la technoscience. Dès lors, la négation du soi, loin de dissoudre l’être-africain ou de mettre en péril son saut dans l’histoire, apparaît comme la condition d’affirmation d’une identité humaine véritable.

Mots clés : Développement ; identité culturelle africaine, initiative historique ; Marcien Towa ; négation du soi africain.

LA LIBÉRALISATION DE LA FEMME DANS LE CONTEXTE DU PATRIARCAT : APPROCHE PAR L’AUTO-RÉVOLUTION DE MARCIEN TOWA

KOUDJOA Abala Dissirama (Université de Lomé)

La philosophie libératrice de Marcien Towa peut être convoquée à nouveau frais pour penser la question du rôle de la femme dans la recherche de son autonomisation dans les sociétés africaines généralement phalogéniques. À l’épicentre de la philosophie de Marcien Towa se trouve l’idée de liberté. Partant du postulat selon lequel la conflictualité constitue l’enjeu majeur des rapports interhumains, Marcien Towa entend penser un projet dont l’objectif est la libération du soi africain de l’aliénation sous toutes ses formes. Loin d’être une attitude polémologique, il s’agit plutôt d’une réflexion qui prend appui sur une vision réaliste des rapports entre les hommes et partant, les rapports du genre. Cette optique réaliste se fonde sur l’idée selon laquelle seule une égalité approximative des forces est susceptible de permettre l’affirmation de toutes les particularités. L’hyperpuissance d’une civilisation débouche inévitablement sur une volonté hégémonique qui se dévoile comme projet de phagocytose des autres particularités. Comme c’est le cas des sociétés africaines dominées par l’hégémonie des hommes et le refoulement de la femme dans la minorité, les hommes en termes de genre entrent en contact, communiquent, et échangent certes, mais un réel dialogue inter-genre suppose que les entités dialogiques se trouvent à un niveau d’égalité approximative de puissance. Cette réflexion appliquée aux sociétés africaines du point de vue de la place qu’occupe la femme dans un contexte patriarcal révèle qu’il convient à la gent féminine de se libérer des stéréotypes qui accentuent sa minorité. Cela passe par une révolution des mentalités en vue de l’appropriation de soi de la gent féminine comme premier pas vers l’émancipation de la domination patriarcale dans la perspective de ce que Marcien Towa qualifie de démarche d’auto-révolution.

Mots clés : Afrique, auto-révolution, femme, mentalités, libération

DÉCONSTRUCTION ONTOLOGIQUE ET DÉVELOPPEMENT : LES VERTUS DU LOGOS ICONOCLASTE DANS LA PENSÉE DE MARCIEN TOWA

MBEDE Christian Gabriel (Université de Bertoua, Cameroun)

La philosophie de Marcien TOWA tourne pour l’essentiel autour du problème de la liberté et du développement. Contre l’optique qui en appelle à une epistémo-archéologie des éléments de la sapience africaine comme voie de la renaissance/reconnaissance, TOWA oppose la voie révolutionnaire qui se veut déconstruction et reconstruction ontologique capable de réinsérer le soi africain dans l’histoire en tant qu’acteur et non plus comme simple spectateur/patient d’une histoire qui connait l’écriture biaisée de l’autre. D’où l’impératif de procéder à la défétichisation du passé et des sources par l’arme critique. La révolution, qui est fondamentalement autorévolution, se propose ainsi d’examiner en profondeur l’être de soi afin d’opérer une mutation radicale de soi. C’est cette voie et non celle de l’idéalisation du passé qui permettra de domestiquer les éléments matériels capables d’assurer la liberté et le développement des sociétés africaines. Il s’agit donc de voir comment l’iconoclasme révolutionnaire se présente chez notre auteur comme condition sine qua non pour la lutte contre l’arriération des sociétés africaines et leur dépendance multiforme vis-à-vis du grand autre.

Mots clés : L’iconoclasme révolutionnaire ; le Développement ; la technoscience ; la liberté ; l’ethnophilosophie

LE PENSER PAR SOI COMME MOTEUR DE LA RENAISSANCE AFRICAINE : DE MARCIEN TOWA À AKLESSO ADJI

OFORI Kossi Anani (Université de Lomé)

La question de l’autodétermination des pays africains a souvent été au coeur des préoccupations intellectuelles surtout chez des philosophes africains. Marcien Towa a été l’un des premiers philosophes africains à soutenir que le penser africain devrait être fondé sur ses propres traditions culturelles pour la reformulation de sa propre vision de monde. Il met en avant la question de la réappropriation de soi en Afrique, en insistant sur l’importance pour les Africains de retrouver leur identité culturelle et leur dignité humaine, car la colonisation avait eu pour effet, d’isoler les Africains de leur histoire et de leur culture, et seule une réappropriation du soi doit être le moteur d’une renaissance de l’Afrique. La réappropriation de soi en Afrique passe par la restauration de la confiance en soi des Africains, la redécouverte de leurs traditions et de leurs valeurs, et la réaffirmation de leur dignité humaine. Partant de la pédagogie appliquée, Aklesso Adji, propose, à la suite de Marcien Towa, une réappropriation de soi à partir d’une éducation aux valeurs citoyennes multiculturelles, c’est-à-dire une phénoménologie de l’ancestralité qui tienne compte de nos propres traditions culturelles, favorisant la redécouverte de l’identité culturelle et de la dignité des Africains.

Mots clés : identité culturelle, phénoménologie de l’ancestralité, pédagogie, tradition, multiculturalisme

REVALORISATION DES POTENTIALITÉS AFRICAINES AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT : POUR UNE RELECTURE DE MARCIEN TOWA

PEKPELI Tchamiè (Université de Lomé)

Pour ou contre ses prédécesseurs à l’instar de Platon, Descartes et Hegel, Marcien Towa, doctrinaire de la modernité en Afrique, pense à se frayer une voie par rapport à la question de l’identité africaine. Et en réinterrogeant certaines notions qui lui sont antérieures comme celles de la personnalité africaine, de l’africanité et de l’authenticité, il pose la question de l’identité générique suite à celle platonicienne de l’essence générique. Dès lors nous nous proposons dans ce présent article de faire une relecture de Marcien Towa par rapport à la question de l’identité afin de voir dans quelle mesure on peut mettre les potentialités africaines au service du développement de l’Afrique. Il s’agit de voir comment l’Afrique peut rester elle-même dans son processus de développement tout en montrant qu’il n’y pas de modèle de développement qui viendrait d’ailleurs et qui s’adapterait de facto à nos réalités : le développement de l’Afrique n’est possible que dans un retour ausoiafricain. Voilà ce qui justifie le choix du thème : Revalorisation des potentialités africaines au service du développement : pour une relecture de Marcien Towa.

Mots clés : potentialités, développement, en soi, authenticité, identité générique.

L’AUTORÉVOLUTION CHEZ TOWA SOUS LA LUMIÈRE DE LA FIGURE D’IYA EN OYERONKE OYEWUMI

RAISA Inocêncio (Université Toulouse 2 Jean-Jaurès )

Comment s’inspirer de « la nouvelle orientation philosophique en Afrique » pour contextualiser les approches contemporaines d’Oyeronke Oyewumi ? Est-ce possible d’analyser la libération de l’homme en Marcien Towa sous la lumière de la figure d’Iya et l’occupation féminine de l’espace publique ?À l’instar de ses questions, nous proposons d’abord analyser le chapitre « une nouvelle orientation philosophique en Afrique », la notion d’autorévolution de Towa, comme d’autres remarques autour de la libération et de la philosophie africaine. Ainsi que, dans une deuxième partie, il s’agit d’introduire la philosophe Oyeronke Oyewumi et sa contribution sur la pensée africaine. Nous allons présenter son livre « The invention of Woman » et, notamment, la figure de l’Iya comme une cosmoperception. De façon que nous puissions, non seulement rendre compte de la notion d’autorévolution en Towa, comme introduire la pensée d’Oyeronke, en révélant ainsi le développement des technologies sociales depuis la présence féminine dans l’espace publique.Autrement dit, il s’agit de présenter un dialogue non exhaustive entre ses deux philosophes, dans le sillage de la recherche pour une autorévolution, qui amène à une prise de conscience et une libération, politique et existentielle.

Mots clés : Philosophie africaine contemporaine, étude de genre, autorévolution

MARCIEN TOWA ET LA QUESTION DU DÉVELOPPEMENT EN AFRIQUE : RENAISSANCE AFRICAINE

SOMENUTSE Koffi Dodzi (Université)

M. Towa s’est interrogé sur l’identité africaine d’aujourd’hui. Sa position qui peut être taxée d’iconoclaste, prône une rupture sévère avec ce qu’ont été les africains pour qu’ils soient l’autre, c’est-à-dire l’occidental. Une telle position représente donc un assimilationniste. Il faut préciser que M. Towa soutient, dans son Essai de 1971, qu’il faut que les africains se nient en profondeur afin d’accéder à la grandeur européenne. Ainsi, peut-on comprendre selon ses dires que « L’Occident a dominé le monde et domine encore la quasi-totalité de l’Afrique » et que pour compenser le vide qui sépare l’Afrique de l’occident, l’Afrique doit saisir en quoi est-ce que l’Occident la dépasse. Cette puissance de l’occident se lit dans la maîtrise de la science et de la technologie. De ce fait, il faut, selon lui, que les africains assimilèrent cette science et cette technique occidentale afin de réduire l’écart entre l’Occident et l’Afrique. Cette approche de Towa laisse en conséquence penser une incompatibilité à la Négritude qui est un mouvement pour la reconnaissance de l’identité africaine. Selon lui, l’exhibition de cette identité africaine fait donc preuve au culte de la différence que les africains s’adonnent, et qu’ils devraient malheureusement « exorciser ».

Mots clés : Afrique, Culture, Développement, Occident, Assimilation

TECHNOLOGIE ET DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE CHEZ TOWA : LES ENJEUX ÉTHIQUES ACTUELS

TANKRI Lafiakoi (Université de Lomé)

Si Marcien Towa exige, pour l’érection du développement de l’Afrique, un changement de paradigme culturel délaissant ces « philosophies réactionnaires » et obsolètes du « retour aux sources » pour embrasser la rationalité technoscientifique occidentale, l’appropriation active de la science et de la technologie occidentale, secret de son hégémonie, il importe aujourd’hui de repenser ce développement technologique de l’Afrique dès lors que le tsunami technologique occidental porte en lui le spectre de « la décadence de l’Occident » (M. Onfray, 2017), de « la fin de l’homme » (F. Fukuyama, 2002), de « la société du risque » (U. Beck, 2001) et mobilise des réflexions éthiques contemporaines sur le « futur » environnemental et humain (H. Jonas, 2015) ou « l’avenir de la nature humaine » (J. Habermas, 2002). Ainsi, partant de l’idée qu’en partageant la science et la technologie occidentale, nous partageons sans le vouloir les problèmes que posent ces technologies dans le monde européen aujourd’hui et qui mobilisent les débats (ou besoin) éthiques ou bioéthiques sur « la civilisation technologique » (H. Jonas, 1995), cette communication entend dégager les enjeux éthiques liés au développement technologique de l’Afrique tel que prescrit par Towa. En conséquence, notre ambition est de clarifier la question suivante : comment l’appropriation active du « secret » technologique de l’occident par l’Afrique que propose Towa induit des enjeux éthiques majeurs à considérer aujourd’hui, ère de la « macrotechnologie ». Pour atteindre ce telos, il nous faudra exposer dans une démarche critique et heuristique, les fondements technoscientifiques de la puissance occidentale ainsi que l’exigence pour l’Afrique d’y puiser son développement comme le recommande Towa, pour enfin confronter ce modèle de développement à l’épreuve des problèmes éthiques que posent ces mêmes technologies dans l’Occident actuel.

Mots clés : technologie, développement, Afrique, éthique, Occident

COMITÉ SCIENTIFIQUE ET DE LECTURE

Professeur KOUVON Komi (Université de Lomé-Togo) : Président

Professeur GODDARD Jean-Christophe (Université de Toulouse2-France) : Vice-Président

Professeur ADJI Aklesso (Université de Lomé-Togo)

Professeur BROOHM Nicoué Octave (Université de Lomé-Togo)

Professeur BALLONG Iba Bilina (Université de Lomé-Togo)

Professeur AKUE Adotévi (Université de Lomé-Togo)

Professeur SORO Donissongui (Université de Bouaké-Côte d’Ivoire)

Professeur YEO Nicolas (Université de Bouaké-Côte d’Ivoire)

Professeur SAVADOGO Mahamade (Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou-Burkina Faso)

Professeur HOUNSOUNON-TOLIN Paulin (Université d’Abomey-Calavi-Bénin)

M. AJARI Norman, Maître de Conférences (Université d’Édimbourg-Écosse)

M. MBEDE Christian Gabriel, Maître de Conférences (Université de Bertoua-Cameroun)

M. AGLO John, Maître de conférences (Université de Lomé-Togo)

M. NAPAKOU Bantchin, Maître de conférences (Université de Lomé-Togo)

M. BINI Essonam, Maître de conférences (Université de Kara-Togo)

M. ALOSSE Dotsè Charles-Grégoire, Maître de conférences (Université de Lomé-Togo)

M. TONYEME Bilakani, Maître de conférences (Université de Lomé-Togo)

M. AMEWU Agbéko Yawo, Maître de Conférences (Université de Lomé-Togo)

M. FOLIKOUE Ekue, Maître de Conférences, (Université de Lomé-Togo)

Comité d’organisation

Président du comité d’organisation : TONYEME Bilakani
Vice-président : NAPAKOU Bantchin


Commission logistique et financière
Responsable de la gestion financière et logistique : Docteur SORSY Dela
Assistant du Responsable de la gestion financière et logistique : BADAKA Wiyao
EFRICO Komla
ATTAMEKLO Kodjo
APEDOH Ayawa Akofa


Secrétariat et communication
Responsable : Docteur BALOUKI Tchilabalo Deatchitcha
DOWOUSSOU Kokou Etudo
KUNASSI Akatem
BADE Dizfa
TORA Bataya


Contacts
Tout contact doit se faire prioritairement par mail.
Mail : colloquemarcientowa@gmail.com
Tel (00228) 90142268 / 90855077 / 91583295



Citer ce billet
Alexandra Kunstler (2023, 27 mars). Colloque : Marcien Towa et la question du développement en Afrique. Master EuroPhilosophie. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/olwr

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search