Colloque Fabien Eboussi Boulaga : Reprise de soi et décolonisation des savoirs

La critique se transpose en méthode et l’itinéraire en cheminement dialectique vers la reprise de soi. Celle-ci s’opère par la réintroduction dans la philosophie de ce qu’elle était censée rejeter dans les ténèbres extérieures : la particularité, le corps, la couleur, l’historique et l’accidentel. Elle est sommée de rendre compte de ces exclusions. F. Eboussi-Boulaga, La crise du Muntu, (Paris, Présence Africaine, 1977, 9).

La décolonisation des savoirs, les épistémologies du sud, la décolonisation de la pensée, sont autant de projets de recherche qui pourraient-on dire prospèrent autour de la grande question des études postcoloniales, à la fois un fait historiquement situé dans et autour des années 1960 (on parle alors de la post-colonie), mais aussi et surtout un projet dont les racines idéologiques sont certainement à (re)chercher autour de l’idée de Renaissance africaine dans la pensée panafricaniste depuis Sylvester Williams en 1900, suivi de la fondation par W. E. B. Bois de la N.A.A.C.P. (National Association for the Advencement of Colored People) en 1909, et bien plu tard de la négritude (Colloque sur la Négritude tenu à Dakar du 12 au 18 avril 1971). Mais c’est surtout avec la question que (se) pose Cheikh Anta Diop en 1948 : « Quand pourra-t-on parler d’une renaissance africaine ? » (Le Musée Vivant, n°36-37) que ce vaste mouvement de renaissance va connaître un renouveau conceptuel et épistémologique. Fabien Eboussi-Boulaga est de ceux-là qui se saisissent à la même époque, et même en deçà, de ce logos historique pour en faire un topos pour le projet de libération du Muntu, libération de toutes les formes de pesanteurs dont « la particularité, le corps, la couleur, l’historique et l’accidentel » (F. Eboussi-Boulaga, 1977, 9) peuvent bien être paradigmes, fondements et expressions. Son originalité est précisément de poser le problème au plan conceptuel et épistémologique, faisant ainsi d’Eboussi-Boulaga un des interlocuteurs privilégiés en matière de décolonisation des savoirs.

La philosophie africaine est donc un de ces « autres lieux à partir desquels penser » et « reprendre site dans son être le plus concret » nous ouvre à cette idée de reprise, qui prise au mot « est une nouvelle création » (Eboussi-Boulaga, 1977, 142) ; une entreprise qui est « effort de reprise de la philosophie comme progrès vers la lucidité et l’authenticité » (Eboussi-Boulaga, 1977, 175) ; un « réemploi de la philosophie, une relecture en situation » (Eboussi-Boulaga, 1977, 185). Il peut donc être très utile de voir comment une telle préoccupation se déploie dans les écrits postérieurs à La crise du Muntu autour de ce qu’il convient de désigner ici par « décolonisation des savoirs. »
Ce colloque se propose ainsi de réconcilier le passé et le présent de l’histoire africaine des idées, d’être une contribution pour la communauté scientifique, en ce sens qu’il envisage faire état non seulement de l’économie des travaux scientifiques de Fabien Eboussi-Boulaga, mais aussi de décrire et d’analyser à la fois la rupture et la continuité de ces écrits afin de déceler toutes les composantes en lien avec le projet décolonisateur. Considérant la place qu’occupe le débat sur la décolonisation des savoirs dans les sciences sociales et littéraires, et l’approche inter et pluridisciplinaire qu’implique une telle analyse, ce colloque se propose d’offrir un tout autre regard de la pensée à la communauté intellectuelle.

Les propositions de communication d’environ 150 signes sont attendues avant la date du 15 mars 2023 aux adresses essengueyannick@gmail.com et abbed.kanoor@ciis.uni-tuebingen.de selon ces axes indicatifs inspirés de la dialectique de l’authenticité :

  • Identité et violence historique comme lieux de décolonisation de l’en soi;
  • Contestations comme lieux de décolonisation du pour soi;
  • Topiques comme lieux de décolonisation du pour autrui.

ORGANISATEURS
Yannick Essengue et Abbed Kanoor

COMITÉ SCIENTIFIQUE
Nadia Yala Kusikidi, Jean-Christophe Goddard, Charles Romain Mbele, Steve Gaston Bobongaud, David-Le-Duc
Tiaha, Adoulou N. Bitang, François Xavier Akono, Parfait D. Akana, Ernst Wolff, Gervais Désiré Yamb, Ulrich Metende, Auguste Nsonsissa, Amélie Ekassi, Michel Kouam, Ernest-Marie Mbonda, Abbed Kanoor, Yannick Essengue, Biakolo Komo Louis, Vincent Sosthène Fouda, Mpay Kemboli, Armand Leka Essomba, Félix Meutchieye, Émile Kenmogne, Edith Ekodo Mvondo, Abel Moussi, Marc Maesschalck, Calvin Minfegue, Tchimabi Pierre, Ambroise Kom, Epiphane Kinhoun.



Citer ce billet
Alexandra Kunstler (2023, 2 février). Colloque Fabien Eboussi Boulaga : Reprise de soi et décolonisation des savoirs. Master EuroPhilosophie. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/olwn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search