Archives de catégorie : Recherche / Forschung

Stage de rentrée EuroPhilosophie 2017 / Labou Tansi

Stage de rentrée 2017 / Master Erasmus Mundus

EuroPhilosophie

Mise en corps théâtrale et musicale de l’État honteux de Sony Labou Tansi

par Georges M’Boussi et Toups Bebey

 

Amphi GA1 – Bâtiment du Gai Savoir – Université de Toulouse Jean Jaurès

Mercredi 13 septembre 2017 – 16h00

Affiche

Dossier du spectacle

Un président mégalomane, imbu de sa personnalité et du pouvoir absolu finit par se confondre avec son peuple. Sa philosophie s’inspire du bas-ventre. Son drapeau national est de couleur kaki. La hernie, symbole par excellence, constitue sa chandelle verte.

Voici par ce spectacle un théâtre qui dénonce l’arbitraire et la bêtise régentant certains états africains.

Jeu d’acteur

La répétition de la formule d’écoute Dé-Wolo, permet au public d’apporter à celui qui dit, une réponse, ou d’achever une phrase. L’acteur devient l’artisan du verbe et aussi le dépositaire de sa puissance. Au-delà de sa voix, c’est son corps tout entier qui se mobilise. Le rythme voca,l appelle le rythme du corps. Ainsi s’établit une joute oratoire entre l’acteur et le public. Le jeu de l’acteur puise alors sa force dans l’art des conteurs Kongos.

Jouer Sony LABOU TANSI

            Nous nous battrons pour que la liberté
                Ne soit pas un mot beurré à la sardine.
                                                              Sony LABOU TANSI
Sony LABOU TANSI est de la génération des artistes du monde. 
Celui qui par sa manière de vivre était préparé au changement.
Celui qui ne pleurait pas sur le monde maudit, mais voulait résolument le changer,  non pas dans le sens d’un quelconque acquis mais dans le questionnement.
J’ai choisi le texte « L’État Honteux » de Sony LABOU TANSI.
En me cachant derrière les mots de l’auteur pour pousser ce grand rire énorme, intelligent et sensible, que le monde essaie de tuer par ses guerres, ses violences.
La bouche à qui ce rire ne sort jamais vivant est celle de la bêtise.
Jouer Sony LABOU TANSI, c’est donc éviter la chute de la raison devant la médiocrité. La chute de toutes nos valeurs universelles que nous avons eu du mal à créer depuis des millénaires.                            
Georges M’Boussi

Sony LABOU TANSI

Né en 11947 au Congo, ancien  professeur d’anglais au collège Tchicaya Pierre à Pointe-Noire, il s’imposa depuis 1979 progressivement comme l’un des leaders d’une nouvelle génération d’auteurs francophones d’Afrique Noire par ses romans et par son théâtre. Il dirigea la troupe Rocado Zulu Théâtre de Brazzaville. Il obtint le Grand Prix de l’Afrique Noire son roman L’Anté-peuple, le prix  de la Francophonie de la société des auteurs et compositeurs dramatiques pour l’ensemble de son œuvre, le prix Ibsen, décerné par le syndicat dramatique à Paris pour sa pièce : Antoine m’a vendu son destin ainsi que le prix R.F.I. théâtre. Il fut boursier de la Fondation Beaumarchais en 1990, en résidence d’écriture au festival international des francophonies en Limousin. Toutes les pièces de Sony LABOU TANSI furent représentées au Congo et certaines d’entre elles à l’étranger, dont quatre coproduction au festival des francophonies en Limousin.

Théâtre
Conscience de tracteur, N.E.A.-C.L.E.
La parenthèse de sang, éditions Hâtier
Je soussigné cardiaque, édition Hâtier
La rue des mouches, Revue Équateur
Antoine m’a vendu son destin, Revue Équateur
Moi, veuve de l’empire, Avant-Scène Théâtre
Qui a mangé madame d’Avoine Bergotha, édition Lansman
La résurrection rouge et blanche de Roméo et Juliette, édition Lansman
Une chouette petite vie bien osée, édition Lansman
Qu’ils le disent… Qu’elles le beuglent, édition Lansman
Monologue d’or et noces d’argent, édition Lansman
Romans
La vie et demie , Seuil
L’État honteux, Seuil
L’Anté- peuple, Seuil
Les sept solitudes de Lorsa Lopez, Seuil
Les yeux du volcan, Seuil
Le commencement des douleurs, Seuil
Poésie
Poèmes et vents lisses, éditions Le Bruit des  Autres
 

Georges M’BOUSSI

Prix du Jury du spectacle « L’État Honteux » de Sony Labou Tansi, Bacau 06, Roumanie.  Depuis une vingtaine d’années Georges M’Boussi a eu le privilège de travailler auprès des plus prestigieux maîtres de théâtre : Sony Labou Tansi pour le Congo et Daniel Mesguich pour la France, pour ne citer qu’eux.

Pendant les années 80, le Théâtre National Congolais lui permet d’acquérir et de maîtriser toutes les techniques de l’art dramatique. Son ivresse de théâtre, le conduit parallèlement vers le théâtre indépendant de Brazzaville. Il y fait ses premières armes de comédien et de metteur en scène avec Emmanuel Dongala, Caya Makhélé et bien d’autres.

Il entre au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris dans la classe de Pierre Vial. Dès cet instant son destin s’accélère, il joue dans de nombreuses créations telles : « Antoine m’a vendu son destin » de Sony Labou Tansi au festival des Francophonies, « Le glorieux destin du maréchal Nnikon Nniku » de Tchicaya U’ Tamsi, mise en scène de Gabriel Garran, « Les Nègres » de Jean Genet, mise en scène Gilles Chavassieux, « Andromaque » de Jean Racine, mise en scène de Daniel Mesguich.

Le célèbre Festival d’Avignon devient un passage obligé « En attendant Godot » de Samuel Beckett, mise en scène Alain Timar, « Le mât de cocagne » de René Depestre mise en scène Gérard Gélas. Il continue sa carrière de comédien au Théâtre Firmin Gémier à Antony « Le jeu de l’amour et du hasard » de Marivaux, « Le revisor » de Gogol, mise en scène François Kergourlay. Il la poursuit aux pays de la Loire avec « Le gardien » de Harold Pinter, mise en scène Jack Percher. D’autres projets le ramènent à ses origines « Malaki ku m’bongui », « L’état honteux » de Sony Labou Tansi, « Le ventre de la terre » de Florent Couao Zotti, « Andromaque en Abomey » d’après Jean Racine qu’il met en scène. Il est l’actuel directeur artistique de la compagnie Zenga-Zenga Théâtre.

TOUPS BEBEY

 Issu d’une famille où la respiration en musique était d’une importance vitale, à 6 ans Toups étudie le piano classique. À l’âge de 14 ans, il rencontre le saxophone et donc le jazz. Un peu plus tard, licence d’anglais en poche, son hésitation professionnelle sera de courte durée : il a d’ores et déjà commencé à se produire sur scène. Il fait l’apprentissage des percussions et s’ouvre aux musiques les plus variées, du « son cubano » aux polyphonies pygmées en passant par les big band jazz et autres gamelans javanais… Saxophoniste, arrangeur, percussionniste, leader ou sideman, il se lance pour de longues années dans les collaborations les plus variées en danse, cinéma et bien sûr musique. De 1986 à 2012 concerts, spectacles et tournées avec, pour les plus connus : Jimmy Cliff (reggae), Hubert-Félix Thiéfaine (poésie rock), Jean-Michel Jarre (synthétiseurs de variété), CharlElie Couture (chanson rock), Bernard Lubat (jazz décentralisé), Tomohiro Maeda (jazz japonais), Salif Keita (chanson du Mali moderne), Nicole Croisille (chanson), Pajaro Canzani (latin rock), Papa Wemba, Zao ou Sam Mangwana (rumba zaïroise), Julien Clerc (chanson), Lady Smith BlackMambazo (tradition vocale sud-africaine), Les Valentins (rock), etc.

En 1996, nouveau pas en avant, il crée sa propre formation, « Paris Africans », qu’il dote de compositions afro-jazz, audacieusement métissées. La techno du projet « Pact » (Paris African Cosmic Tones) lui est inspirée par la modernité des musiques traditionnelles. Quant à la fanfare noire, afrocarribéenne du « Spirit Pan African Brass Compagnie » qui s’ajoute encore à sa panoplie de créatif à humeurs musicales changeantes, elle a pour but de re-créer le lien entre les Afriques continentales et extracontinentales. Festivals de Jazz de Montreux, de Montréal, de Nice, de Yaoundé, fête de la musique à FIP, Paris Quartiers d’été, Rome, Saint Louis, Libreville, Oslo, le MIDEM de Cannes, Cayenne et les bons clubs de Paris (Jazz Club Lionel Hampton, New Morning, Batofar, etc.). Production de 4 CDs : Toups Bebey & PARIS AFRICANS African Bicyclette, PACT Cosmic Tones , Toups Bebey & LE SPIRIT PAN AFRICAN BRASS COMPANY Mummy I go for Town, Toups Bebey & PARIS AFRICANS Pygmy Attitudes (avec Archie Shepp, sélection FIP 2001). Co-production de l’opus testamentaire de Francis BEBEY Dibiyé (1997).

En 2003, le festival littéraire Fest’Africa pour sa dixième édition lui propose un concert d’ouverture de festival avec les Paris Africans dans le stade de N’djamena. Il saisit plutôt l’occasion d’amener la fanfare de l’Armée Nationale Tchadienne dans ce stade à l’occasion d’un Concert pour la Paix, en jouant le répertoire festif du « Spirit Pan African Brass Compagnie », après une master class dédiée et conséquente. Le directeur du Théâtre Duchamp Villon de la ville de Rouen lui propose de rejoindre l’équipe de lafanfare kabylo-normande « Zorna » composée du flûtiste et autre passeur Nasreddine Dalil et du directeur de conservatoire et chef d’orchestre classique Jean-Philippe Dambreville, pour apporter son répertoire d’au-delà du désert (Ifrikya). Ateliers-répétitions et concerts une fois par an lors du festival RamDam sur Seine jusqu’en 2010.

ZENGA-ZENGA THEÂTRE

– 2008        « Sur la braise » de Henri Djombo. Mise en scène : Georges M’Boussi.   Soutiens : Culturesfrance, Conseil Général du Maine et Loire,  Théâtre Philipe Noiret de Doué-la-Fontaine.

– 2006           « Les deux vies » de Bernard Tchimbabéléla. Mise en scène : Georges M’Boussi. Soutiens : Théâtre du Lavoir Moderne Parisien.

– 2005          « L’Ogrelet » de Suzanne Lebeau. Mise en scène : Georges M’Boussi. Soutiens : Association I Pala Pala de Pointe-Noire,  CCF Pointe-Noire, Congo

– 2004          « La louche en or » de Véronique Essaka-De Kerpel. Mise en scène : Georges M’Boussi. Soutiens : Ville de Taverny.                              « Hermine Lecomte, Femme de déporté ».  Adaptation : Véronique Essaka-De Kerpel.  Mise en scène : Georges M’Boussi. Soutiens : Ville de Taverny.

-2003          «Les aventures de chacal» de Tassadit Yacine. Mise en scène : Georges M’Boussi.  Soutiens : Ville de Cergy.

– 2002         « Andromaque en Abomey » d’après le texte de Jean Racine. Mise en scène : Georges M’Boussi.  Soutiens : AFAA, Agence de la Francophonie, Conseil Général du Val d’Oise, Association I Pala Pala  de Pointe-Noire.

– 1998         « Le ventre de la terre » de Florent Couao-Zotti. Mise en scène : Georges M’Boussi. Soutiens : Afrique en Créations, Agence de la Francophonie, Kinguinzila Théâtre.

– 1997          « L’Etat Honteux » de Sony Labou Tansi. Conçu et interprété : Georges M’Boussi.  Soutiens : Afrique en Créations, Kinguinzila Théâtre.

– 1995          « Contes d’Afrique ». Soutiens : Kinguinzila Théâtre.

Stage de rentrée EuroPhilosophie 2017 / Atelier 3

Stage de rentrée 2017 / Master Erasmus Mundus

EuroPhilosophie

Atelier  « La dignité de l’opprimé: réflexions sur la vie humaine et sa négation »

Université Toulouse – Jean Jaurès / Maison de la recherché / salle F422

Atelier organisé par Norman Ajari

13h30 – 15h00 :  Conférence de  Norman Ajari (UT2J)

15h00 – 16h00 : Conférence de Serhii Hryshkan, Un des aspects de Heideggers Lichtung comme le fondement ontologique de la dignité humaine

Discussion

 

 

 

 

Stage de rentrée EuroPhilosophie 2017 / Atelier 2

Stage de rentrée 2017 / Master Erasmus Mundus

EuroPhilosophie

Atelier  » La vie et le monde. L’imagination et la perception » / Leben und Umwelt. Imagination und Wahrnehmung

Université Toulouse – Jean Jaurès / Maison de la recherché / salle F422

Koordination : Karel Novotný (Karls-Universität Prag) – Annabelle Dufourcq (Radboud University Nijmegen)

Programme (provisoire)

Lundi 11 septembre 2017

15h30 –  Annabelle Dufourcq, Imagination, vie et fantômes

16h15 – István Fazakas, La constitution du phantomleib chez Marc Richir

17h00 – Tudi Gozé, New insight into affectivity in schizophrenia from Marc Richir’s phenomenology

Mardi 12 septembre 2017

10h – Serhii Hryshkan, Ein Beitrag zur Erweiterung des Heidegger’s Begriffs der Entferntheit

10h45 – Karel Novotný, Affectivitaet, Bewegung und die Erde

11h30 : discussion générale de clôture

Argumentaire

Das Thema Umwelt ist in der phänomenologischer Philosophie nicht gleich vom Anfang an, aber schon sehr früh präsent, allerdings in einem – der Ökologie etwas entferntem – Kontext, denn die Umwelt wird zunächst im Zusammenhang mit der allgemeinen Analyse der Wahrnehmung berücksichtigt, nicht im Zusammenhang mit der Natur und ihrer Wirkung und Gegebenheitsweise. Die Natur gleicht nicht der Welt, in der wir, die Menschen, leben. Die Natur  gehört eher in unsere Welt als eine ihre Dimension, auch wenn wir irgendwie ahnen, dass unsere Welt zugleich durch die Natur getragen ist, sowie die Erde alle unsere Einrichtungen und Industrien trägt. Und nicht nur das, sondern eben auch alles unseres „natürliches“ Leben in der Welt, trotz allen symbolischen kulturellen Differenzen, durch die jede Welt ihre konkrete Gestalt annimmt. Wie genauer das zu fassen, da könnte die Phänomenologie insofern etwas dazu zu sagen haben, als sie sich um die Aufklärung des Weltbezugs und ihrer Dimensionen bemüht, in deren Rahmen sich auch das Verhalten des Menschen zur Natur als einer umfassenden Umwelt abspielt. Dazu hat sich Edmund Husserl graduell emporgearbeitet, zum Teil auch im Anschluss an den natürlichen Weltbegriff von R. Avenarius, den er immer hoch schätzte, aber vor allem im Zuge von immer tieferen Analysen der anschaulichen, sinnlichen  Modi der Intentionalität. Bereits in der Phase der Ideen zu einer reinen Phänomenologie, besonders im Rahmen ihres zweiten Buchs, kommt Husserl u. a. auf die Begriffe der Umwelt und Natur zu sprechen, und dabei wird auch der in seiner Spätphilosophie zentrale Begriff „Lebenswelt“ bereits verwendet. Die Welt selbst wird zum Thema, im Unterschied zu den Gegenständen, die notwendig nur in der Welt sein können, anders als in der Welt nie gegeben sind. Das aber kann von der Welt selbst nicht gesagt werden, sie selbst kann eben nicht wie ein Gegenstand gegeben werden, sie wird aber trotzdem auf eine Weise gelebt. Und die Funktion und der Status von diesem gelebten Unding in der Erfahrung, ist nicht von der aktuellen Horizontbildung ableitbar, die mit jedem Gegenstandbezug des Erlebens vor sich geht, wohl kann aber ihre Vor-Gegebenheit durch sedimentierte Horizontstrukturen des Erlebens hindurch phänomenologisch rück erfragt und analysiert werden. Die Welt ist nämlich immer da, vorgegeben vor jedem Akt des Erlebens, und in einer Weise – als ein Boden – ermöglicht sie die Gegenstands-Konstitution, anstatt sozusagen ihr Neben-Produkt zu sein. Wie kann nun das Verhältnis vom Leben und dieser vorgegebenen Welt näher gefasst werden, in der sich das Leben jeweils in Korrelationen mit seinen Umwelten realisiert?

Dans ce cadre, on peut examiner plus spécialement les relations entre vie, monde, perception et imagination. Le rapport au virtuel jouant un rôle crucial dans notre ouverture au monde et fondamentalement dans le processus en vertu duquel l’apparaître s’accomplit, il n’est pas aisé de définir une distinction nette entre perception et imagination. « La fiction est l’élément vital de la phénoménologie » (Husserl, Ideen 1), pourtant on doit constater que cette dernière met également en avant un « primat de la perception » (Merleau-Ponty). Si la perception est selon Husserl l’Urerfahrung, il serait précipité d’en déduire qu’à l’imagination doit être attribué un rang subordonné. Comme le souligne également Ricoeur, l’analyse kantienne du rôle de l’imagination transcendantale ou son analyse du jugement esthétique forcent à reconnaître le pouvoir productif (et non seulement reproductif) de l’imagination. En outre c’est bien encore une forme de présence qui est manifestée dans les consciences d’images (Bildbewusstsein) ou les fantaisies (Phantasien). Husserl y insiste, dans une approche qui n’est plus centrée sur les facultés mentales mais sur les modalités de la présence : l’imagination est une intuition, il y a bien remplissement de la visée et expérience, ou plutôt quasi-expérience. Si, d’une part, l’imagination est autre chose qu’une simple tentative, forcément ratée, de reproduire une expérience perceptive, si elle inaugure toujours une autre manière d’entrer en rapport avec les choses visées et avec le monde, et dévoile ainsi des dimensions que la perception laissait davantage en arrière-plan (le flottement, les possibles, l’ubiquité, la manière dont le monde peut être aussi mon œuvre…), et si, d’autre part, on se souvient que la présence perceptive est aussi dans une certaine mesure fantomatique (on peut simplement penser au lien constant dans la philosophie occidentale entre apparaître et apparence) il faut alors comprendre que perception et imagination, dans leurs relations complexes, sont également à l’œuvre dans notre rapport au monde et au réel. Comment penser cela sans transformer le réel en mirage ? Qu’est-ce que la présence ? Quelles différences et quels liens entre imagination, Phantasia, Bildbewustsein, neutralisation, épochè ? Comment une même chose peut-elle être présente en chair et en os dans la perception, et quasi-présente, flottante, voire hyper-présente dans l’imaginaire ? Il y a en effet un lien régulièrement souligné entre la vie et l’imagination : dans l’imaginaire tout s’anime, la présence peut devenir plus rayonnante, plus marquante, plus expressive, que dans le monde prosaïque de la perception (cf. la « métaphore vive » de Ricoeur, Bachelard, Merleau-Ponty), mais l’imagination est également caractérisée par son lien privilégié avec la mort et les fantômes (Blanchot, Fink) : comment concilier ces extrêmes ?

Bibliographie :

Husserl (Edmund), Die Krisis der europäischen Wissenschaften und die transzendentale Phänomenologie. Eine Einleitung in die phänomenologische Philosophie, Martinus Nijhoff, Den Haag 2007, 557 s. (Husserliana, VI).

Die Lebenswelt. Auslegungen der vorgegebenen Welt und ihrer Konstitution. Texte aus dem Nachlass (1916–1937), ed. Rochus Sowa, Springer, Dordrecht – New York 2008, 956 s. (Husserliana, XXXIX).

Grenzprobleme der Phänomenologie. Analysen des Unbewusstseins und der Instinkte. Metaphysik. Späte Ethik. (Texte aus dem Nachlass 1908–1937), ed. Rochus Sowa a Thomas Vongehr, Springer, Dordrecht – New York 2014, 665 s. (Husserliana, XLII).

Ideen zur einer reinen Phänomenologie und phänomenologischen Philosophie. Zweites Buch: Phänomenologische Untersuchungen zur Konstitution, ed. Marly Biemel, Martinus Nijhoff, Den Haag 1952, 426 s. (Husserliana, IV).

– Phantasie, Bildbewußtsein, Erinnerung. Zur Phänomenologie der anschaulichen Vergegenwärtigungen, Texte aus dem Nachlaß (1898-1925) (Husserliana XXIII), édité par E. Marbach, La Haye, Editions M. Nijhoff, 1980, traduction française par R. Kassis et J. F. Pestureau, Grenoble, Editions Jérôme Millon, 2002, (abrégé Phantasia).

Bachelard (Gaston), L’Eau et les rêves. Essai sur l’imagination de la matière, Paris, José Corti, 1942, Le Livre de poche, « biblio essais ».

Blanchot (Maurice), L’espace Littéraire, Paris, Gallimard, 1955

Dufrenne (Mikel), Phénoménologie de l’expérience esthétique, tome I, L’objet esthétique, tome II, L’expérience esthétique, Paris, P.U.F., 1953.

Fink (Eugen), Spiel als Weltsymbol, W. Kohlhammer, 1960. Traduction française par H. Hildenbrand et A. Lindenberg, Paris, Editions de Minuit, 1966.

Merleau-Ponty (Maurice), Le visible et l’invisible, Paris, Gallimard, 1964.

L’Œil et l’esprit, Paris, Gallimard, 1961, « Folio essais ».

Richir (Marc), Phénoménologie en esquisses. Nouvelles fondations, Grenoble, Millon, 2000.

Phantasia, imagination, affectivité. Phénoménologie et anthropologie phénoménologique, Grenoble, Millon, 2004.

Ricoeur (Paul), La métaphore vive, Paris, Seuil, 1975

Sartre (Jean-Paul), L’imaginaire. Psychologie phénoménologique de l’imagination (abrégé Im.), Paris, Gallimard, 1940, « Folio essai ».

 

 

 

Stage de rentrée EuroPhilosophie 2017 / Atelier 5

Stage de rentrée 2017 / Master Erasmus Mundus EuroPhilosophie

Atelier “Hegel et la pensée française au XXe siècle “

Atelier organisé par Irakli Dekanozishvili

Argumentaire

Cet atelier est consacré à la philosophie de Hegel et sa réception en France de la seconde moitié du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Le spectre hégélien est effectivement présent dans les écoles philosophiques en France à cet époque-là. Ainsi par exemple chez les phénoménologues post-husserliens (Sartre, Levinas, Henry, Merleau-Ponty) ou dans l’école poststructuraliste (Derrida, Foucault, Deleuze) ou même dans les travaux des psychanalystes français (Lacan, Guattari, Kristeva). Ce phénomène s’explique historiquement, par l’influence fondamentale d’Alexandre Kojève sur nombre d’intellectuels parisiens de l’époque qui ont assisté aux cours de Kojève à l’École pratique des Hautes Études à Paris. Il a donné les leçons de janvier 1933 à mai 1939 sous le titre La philosophie religieuse de Hegel qui était en effet une lecture commentée de la Phénoménologie de l’Esprit. À travers ces leçons Kojève a introduit l’étude de Hegel en France de nouveau.

La réception hégélienne en France à son origine (Kojève, Hyppolite, Sartre) comporte des analyses approfondies de la relation de Hegel à Kant, de la place du langage et de la dialectique, du travail et de l’interaction dans la Phénoménologie, de la tragédie et de la religion, du désir et de la violence etc. Chez les phénoménologues, notamment chez Levinas, ce qui se pose comme un problème est la relation entre l’universalité de Hegel et la subjectivité avec tous ses domaines de l’intériorité. Le concept de l’universalité qui exige radicalement de dépasser son point de vue subjectif, rend impossible le rapport à l’altérité. Dans le contexte de la French Theory, Hegel est devenu synonyme de totalité et de téléologie. Cette relation fait l’objet de révisions critiques radicales chez Derrida, Deleuze et Foucault, surtout lorsqu’ils emploient une certaine métaphysique de l’identité. Derrida propose par exemple la critique originale de Hegel dans « Le puits et la pyramide » ou encore dans Glas.

Alors, les sujets de notre atelier sont vastes. Nous accueillons des contributions traiter avec la philosophie de Hegel ou sa réception jusqu’à aujourd’hui. Nous accueillons également des contributions historiques et reconstructives qui montrent le chemin et le contexte général par rapport aux débats contemporains.