Archives de catégorie : Revue Interpretationes

Appel à contribution dixième numèro d’Interpretationes

Revue Interpretationes

Penser l’altérité


« L’être et l’autre pénètrent à travers tous et se compénètrent mutuellement. »

Platon, Sophiste, 259a

En se situant dans le sillage de la Première Journée Doctorale Europhilosophie, la Revue Interpretationes lance pour son onzième numéro un appel à contribution autour de la thématique « Penser l’altérité ».

La réflexion sur le statut de l’altérité et de la différence est une ligne d’interrogation structurante dans de le champ conceptuel propre à l’histoire de la pensée philosophique. Il est remarquable que ce soit un personnage appelé l’Étranger qui va rétablir, dans un célèbre dialogue de Platon, l’importance ontologique de l’altérité et du non-être face à l’exploration sophistique du monisme parménidien.  Le fil conducteur de cette réflexion sur le rôle ontologique de l’autre et de la négation est repris par l’idéalisme allemand, notamment par Hegel qui va situer le travail du négatif non seulement au cœur de la réflexion philosophique, mais aussi au sein de la constitution même du sujet de réflexion et de la communauté.

Toutefois, le mouvement dialectique exprimé par l’hégélianisme a un centre et une direction univoques, dont la contrepartie est le risque de marginaliser d’autres mouvements conceptuels issus de centres divers. Inspirée par le geste nietzschéen du remplacement de la notion de vérité par celle d’interprétation, la philosophie contemporaine cherche à explorer de multiples sources de sens qui ne sauront être réduites au déploiement d’une raison centrée sur soi-même tout en faisant place à d’autres formes de manifestation de l’altérité et de la différence. C’est ainsi qu’il convient de rappeler ce que Gilles Deleuze décrivait comme étant « la vraie révolution copernicienne », à savoir prendre le Différent comme principe premier et conditionnant à l’égard de l’identité. Face à la différence, le défi est celui de mettre en œuvre la créativité nécessaire à produire des nouveaux concepts capables d’établir un lien commun.

Ce numéro de la Revue Interpretationes invite à explorer les différentes façons dont les concepts d’altérité et de différence ont été abordés au long de l’histoire de la philosophie ainsi que les modalités par lesquelles on peut s’en approprier afin de rendre possible l’émergence de nouvelles figures de compréhension de la contemporanéité. Quel est le rôle de la différence dans la création du savoir commun et de la réalité sociale ? Sous quelles modalités théoriques peut-on thématiser le statut spécifique de l’altérité dans le processus d’engendrement des nouvelles subjectivités ? Comment penser le rapport entre l’altérité et le lien commun propre à une collectivité ?

Loin de rester dans la seule sphère de la théorie philosophique, il s’agit de faire valoir l’originalité des multiples problématisations du concept d’altérité, de créativité et de communauté provenant du domaine de la phénoménologie, de l’esthétique, de la philosophie politique, de l’idéalisme allemand, de la psychanalyse ou de la pensée de la décolonisation.

Nous acceptons des articles en français, en allemand ou en anglais. Le nombre maximum de caractères est de 40.000, espaces compris. Les articles doivent être prêts pour l’évaluation à l’aveugle et être envoyés accompagnés d’une brève présentation bio-bibliographique de l’auteur et d’un court résumé en anglais (max. 10 lignes) aux adresses oleg.bernaz@uclouvain.be et luis.garcia@uclouvain.be au plus tard le 30 septembre 2015. Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec nous aux mêmes adresses.

Soulignons que la Revue Interpretationes offre également la possibilité de publier des comptes rendus, de maximum 7.500 caractères, espaces compris, reliés ou non au thème retenu pour ce numéro.

 

Appel à contribution Neuvième numéro d’Interpretationes

Revue Interpretationes

  Philosophies au-delà de l’espace européen


Inscrite dans l’axe «Dissémination internationale de la philosophie française et allemande» proposé par le Master Europhilosophie, la revue Interpretationes lance pour son neuvième numéro un appel à contribution autour de la thématique des « Philosophies au-delà de l’espace européen ».

Le rayonnement de la philosophie française et allemande dans le monde est indiscutable. La philosophie occidentale s’est forgée comme centre canonique du savoir ayant des effets non seulement dans le domaine du savoir mais aussi dans les pratiques du pouvoir. Dans Culture et impérialisme Edward Said dénonçait déjà le fait que l’universalisme moderne de l’Europe et des États-Unis postule un silence, volontaire ou non, du monde non européen. Ce constat, ajouté à la prétention universelle du discours de la philosophie occidentale, nous invite à ouvrir un espace de discussion pour donner la parole à la pensée et à la production philosophique contemporaine internationale, et en particulier à celles « non-européennes » issues des Amériques, de l’Asie, de l’Océanie et de l’Afrique.

Nous entendons soulever de cette manière les rapports entre l’histoire politique, la création des concepts et leur dissémination. Ainsi, la thématique choisie vise à problématiser la circulation et les transferts des idées et des concepts philosophiques qui dominent dans le panorama de la philosophie contemporaine mondiale, de même qu’elle nous permet d’aborder les relations de pouvoir, voire de domination coloniale (que ce soit épistémique ou politique), qui se tissent entre « le cœur de l’Europe» – pour reprendre les mots de Hegel – et le reste du monde.

La généalogie, qui permet de faire émerger les oublis, volontaires ou non, de la production des concepts, s’avère une méthode plus que pertinente pour comprendre ceux-ci ainsi que les fonctions de la pratique philosophique. Dans l’esprit d’étudier la manière dont la philosophie se fait au-delà de l’espace européen et quels sont ses objets et fonctions, nous pourrions nous interroger sur comment circulent et de quelle manière s’opèrent les réappropriations des concepts dans diverses parties du monde. Quels sont les enjeux géopolitiques de la production philosophique ? Comment dialogue et s’entremêle la philosophie « non-européenne » avec d’autres disciplines ? Mais aussi, dans quelle mesure et par quelles stratégies les philosophes européens incorporent dans leurs façons de faire la philosophie des pratiques venues d’ailleurs ? Par quels mécanismes et sous quelles violences les multiples particularités locales sont invisibilisées ou silenciées dans leur absorption au mouvement universel de la philosophie ? Ou à rebours, dans quelle mesure est-il possible, pour emphatiser la couleur locale, de penser la philosophie dans son identité nationale, régionale ou continentale ?

Suivre la dérive et la dissémination des philosophies européennes au-delà de l’Europe ; réfléchir sur les modes autres qu’occidentales de philosopher ; discuter sur les programmes pour décoloniser le savoir (philosophique) ou problématiser la dimension régionale et nationale de la production philosophique, ne sont que quelques axes qui pourront être traités dans les communications pour le présent numéro.

Les articles en français, en allemand ou en anglais sont les bienvenus. Le nombre maximum de caractères est de 40.000, espaces compris. Les articles doivent être prêts pour l’évaluation à l’aveugle et être envoyés accompagnés d’une brève présentation bio-bibliographique de l’auteur et d’un court résumé en anglais (max. 10 lignes) à l’adresse cfp9interpretationes@gmail.com au plus tard le 30 avril 2015. Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec nous à la même adresse.

Soulignons que la revue Interpretationes offre également la possibilité de publier des comptes rendus, de maximum 7.500 caractères, espaces compris, reliés ou non au thème retenu pour ce numéro.

________________________________________

Die Zeitschrift Interpretationes ruft im Rahmen des vom Europhilosophie-Mastergang vorgeschlagenen Schwerpunkt « Internationale Verbreitung der französischen und deutschen Philosophie » zu Beiträgen zu diesem Thema auf. Die strahlende Kraft der französischen und deutschen Philosophie in der Welt ist unbestreitbar. Die abendländische Philosophie hat sich als kanonisches Zentrum des Wissens herausgebildet, das sich nicht nur im Bereich des Wissens auswirkt, sondern auch in den Machtpraktiken. In Kultur und Imperialismus denunzierte Edward Saïd schon die Tatsache, dass der moderne Universalismus Europas und der USA ein Schweigen postuliert, sei es gewollt oder nicht, das Schweigen der nicht-europäischen Welt. Diese Feststellung, sowie der universalistische Anspruch des Diskurses der abendländischen Philosophie, lädt uns ein, einen Diskussionsraum zu öffnen, um das Wort dem zeitgenössischen internationalen philosophischen Denken und Schaffen zu erteilen, und zwar insbesondere den « nicht-europäischen» aus Amerika, Asien, Ozeanien, und Afrika.

Wir beabsichtigen damit, die Verhältnisse zwischen politischer Geschichte, Begriffsbildung und – verstreuung zu hinterfragen. Folglich zielt die hiesige Thematik darauf, die Zirkulation und die Übertragung von Ideen und philosophischen Begriffen, die im Panorama der zeitgenössischen globalen Philosophie herrschen, zu problematisieren. Sie ermöglicht uns zugleich die Machtverhältnisse, sogar von kolonialistischer Herrschaft (sei sie epistemisch oder politisch), die sich zwischen dem « Herzen Europas » – um Hegels Wort wieder aufzugreifen – und dem Rest der Welt anzugehen.

Die Genealogie ermöglicht es, absichtliche oder auch unabsichtliche Versäumnisse in der Begriffsbildung wieder an die Oberfläche zu bringen und erweist sich somit als eine sehr effektive Methode für das Verständnis der Begriffe und der Aufgaben der philosophischen Praxis. Es soll untersucht werden, wie sich Philosophie jenseits des europäischen Raums praktiziert und welches ihre Ziele und Funktionen sind. Mit diesem Ansatz können wir uns fragen, wie, auf welche Weise, die jeweiligen Aneignungen von Begriffen in diversen Teilen der Welt gehandhabt werden und zirkulieren. Welche geopolitischen Problematiken ergeben sich aus dem philosophischen Schaffen? Wie dialogiert und vermischt sich die « nicht-europäische » Philosophie mit anderen Disziplinen? Aber auch, in welchem Maß und durch welche Strategien verleiben sich europäische Philosophen in ihren philosophischen Vorgehensweisen fremde Praktiken ein? Durch welche Mechanismen und unter welcher Gewalt sind die zahlreichen lokalen Eigenheiten in ihrer Absorbierung in die universellen Bewegung der Philosophie unsichtbar oder stumm gemacht worden? Oder andersherum, um die lokale Farbe hervorzuheben, in welchem Maß ist es möglich, die Philosophie in ihrer nationalen, regionalen oder kontinentalen Identität zu denken?

Der Abdrift und der Verbreitung europäischer Philosophien jenseits Europa zu folgen; über nicht- okzidentale Moden zu philosophieren nachzudenken; über Programme diskutieren, um das(philosophische) Wissen zu entkolonialisieren oder die regionale und nationale Dimension des philosophischen Schaffens zu problematisieren, sind nur einige Schwerpunkte, die in den Beiträgen für diese Ausgabe behandelt werden können.

Beiträge auf Französisch, Deutsch oder Englisch sind willkommen. Es sind Texte von maximal 40 000 Zeichen einzureichen, Leerzeichen inbegriffen. Die Artikel müssen bereit zur blinden Auswertung sein und mit einem kurzem bio-bibliographischen Präsentationstext des Autors geschickt werden, sowie mit einer kurzen Zusammenfassung auf Englisch (max. 10 Zeilen), und zwar an die Adresse cfp9interpretationes@gmail.com . Spätestens bis zum 30. April 2015. Bei weiteren Fragen an dieselbe Adresse wenden.

Die Zeitschrift Interpretationes bietet auch die Möglichkeit, Buchbesprechungen mit maximal 7.500 Zeichen (inklusive Leerzeichen) zu veröffentlichen. Die Besprechungen können, müssen aber nicht, in Verbindung mit dem Thema dieser Ausgabe stehen.

Cinquième numéro d’Interpretationes

Revue InterpretationesÉlèves d’Heidegger : éthique, politique et anthropologie chez Löwith, Anders, Arendt, Jonas et Agamben                                                          

Heideggers Schüler : Ethik, Politik und Anthropologie im Denken von Löwith, Anders, Arendt, Jonas und Agamben


Table des matières / Inhaltverzeichnis

Préface / Vorwort
ATTILIO BRAGANTINI
Die ontologische Struktur des Handelns im Horizont der Philosophie Heideggers : vom „Sein-bei“ der Fundamentalontologie zu den Weisen der „Bergung“ im seinsgeschichtlichen Denken
CHIARA PASQUALIN
Der unsichtbare Scheitelstein der Welt. Eine Lektüre der Dissertation Hannah Arendts über den Liebesbegriff bei Augustin
SIMONE LUCA MAESTRONE
Pluralité et être en commun. Arendt confrontée à Heidegger
ATTILIO BRAGANTINI
Apatridie, État-nation et démocratie lus par Arendt et ses héritiers ORIANE PETTENI
La Stimmung, la Voix et le témoignage. Giorgio Agamben, lecteur de Martin Heidegger
SAKI KOGURE
Retours à Saint Paul dans la pensée contemporaine : vers une nouvelle philosophie de l’histoire et du temps
ANIBAL PINEDA CANABAL

RECENSIONS

Recension de Lev Vygotsky, Leçons de psychologie, Paris, La Dispute, 2011, OLEG BERNAZ

Recension de Warren Montag, Althusser and His Contemporaries, Durham-London, Duke University Press, 2013, FABIO BRUSCHI

Recension de Karel Novotný, Neue Konzepte der Phänomenalität, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2012, ISTVAN FAZAKAS

Sur les auteurs

Editeur invité / Gastherausgeber  Attilio Bragantini

Comité d’édition – Redaktionsrat                                                                 Sophie Adler, Lucia Ana Belloro, Kyla Bruff, Fabio Bruschi (rédacteur en chef), Mariana Carrasco Berge, Élise Coquereau, Melina Duarte, Blerina Hankollari, Ivan Jurkovic, Petr Kocourek, Kouamen Happi Hoeradip, Inès Luca, Viola Giulia Milocco, Ellen Moysan, Han- nah Monsrud Sandvik, Andràs Schuller, Semyon Tanguy-André, Ilias Voiron, Daniel Weber.

Comité scientifique – Wissenschaftlicher Beirat                                     Shin Abiko (University of Hosei, Tokio), Arnaud François (Université de Toulouse II – Le Mirail), Jean-Christophe Goddard (Université de Toulouse II – Le Mirail), Marc Maesschalck (Université Catholique de Louvain-la-Neuve), Pierre Montebello (Université de Toulouse II – Le Mirail), Débora Morato Pinto (Universidade Federal de São Carlos), Thomas Nenon (University of Memphis), Karel Novotný (Univerzita Karlova v Praze, Fa- kulta humanitních studií), Alexander Schnell (Université de Paris IV – Sorbonne), László Tengelyi (Bergische Universität Wuppertal).

Les rapporteurs – Die Gutachter                                                                     Laura Boella (Università degli Studi di Milano), Benoît Bourgine (Université Catholique de Louvain), Adriana Cavarero (Università degli Studi di Verona), Christophe David (Uni- versité de Rennes II), Elise Derroitte (Université Catholique de Louvain), Antonia Grunen- berg (emeritiert, Universität Oldenburg), Grégory Jean (Université Catholique de Louvain), Martine Leibovici (Université Paris VII – Diderot), Johannes Schick (Julius Maximilians Universität Würzburg), Alexander Schnell (Université Paris-Sorbonne), Gérôme Truc (EHESS Paris).