Stage de rentrée EuroPhilosophie 2017 / Labou Tansi

Stage de rentrée 2017 / Master Erasmus Mundus

EuroPhilosophie

Mise en corps théâtrale et musicale de l’État honteux de Sony Labou Tansi

par Georges M’Boussi et Toups Bebey

 

Amphi GA1 – Bâtiment du Gai Savoir – Université de Toulouse Jean Jaurès

Mercredi 13 septembre 2017 – 16h00

Affiche

Dossier du spectacle

Un président mégalomane, imbu de sa personnalité et du pouvoir absolu finit par se confondre avec son peuple. Sa philosophie s’inspire du bas-ventre. Son drapeau national est de couleur kaki. La hernie, symbole par excellence, constitue sa chandelle verte.

Voici par ce spectacle un théâtre qui dénonce l’arbitraire et la bêtise régentant certains états africains.

Jeu d’acteur

La répétition de la formule d’écoute Dé-Wolo, permet au public d’apporter à celui qui dit, une réponse, ou d’achever une phrase. L’acteur devient l’artisan du verbe et aussi le dépositaire de sa puissance. Au-delà de sa voix, c’est son corps tout entier qui se mobilise. Le rythme voca,l appelle le rythme du corps. Ainsi s’établit une joute oratoire entre l’acteur et le public. Le jeu de l’acteur puise alors sa force dans l’art des conteurs Kongos.

Jouer Sony LABOU TANSI

            Nous nous battrons pour que la liberté
                Ne soit pas un mot beurré à la sardine.
                                                              Sony LABOU TANSI
Sony LABOU TANSI est de la génération des artistes du monde. 
Celui qui par sa manière de vivre était préparé au changement.
Celui qui ne pleurait pas sur le monde maudit, mais voulait résolument le changer,  non pas dans le sens d’un quelconque acquis mais dans le questionnement.
J’ai choisi le texte « L’État Honteux » de Sony LABOU TANSI.
En me cachant derrière les mots de l’auteur pour pousser ce grand rire énorme, intelligent et sensible, que le monde essaie de tuer par ses guerres, ses violences.
La bouche à qui ce rire ne sort jamais vivant est celle de la bêtise.
Jouer Sony LABOU TANSI, c’est donc éviter la chute de la raison devant la médiocrité. La chute de toutes nos valeurs universelles que nous avons eu du mal à créer depuis des millénaires.                            
Georges M’Boussi

Sony LABOU TANSI

Né en 11947 au Congo, ancien  professeur d’anglais au collège Tchicaya Pierre à Pointe-Noire, il s’imposa depuis 1979 progressivement comme l’un des leaders d’une nouvelle génération d’auteurs francophones d’Afrique Noire par ses romans et par son théâtre. Il dirigea la troupe Rocado Zulu Théâtre de Brazzaville. Il obtint le Grand Prix de l’Afrique Noire son roman L’Anté-peuple, le prix  de la Francophonie de la société des auteurs et compositeurs dramatiques pour l’ensemble de son œuvre, le prix Ibsen, décerné par le syndicat dramatique à Paris pour sa pièce : Antoine m’a vendu son destin ainsi que le prix R.F.I. théâtre. Il fut boursier de la Fondation Beaumarchais en 1990, en résidence d’écriture au festival international des francophonies en Limousin. Toutes les pièces de Sony LABOU TANSI furent représentées au Congo et certaines d’entre elles à l’étranger, dont quatre coproduction au festival des francophonies en Limousin.

Théâtre
Conscience de tracteur, N.E.A.-C.L.E.
La parenthèse de sang, éditions Hâtier
Je soussigné cardiaque, édition Hâtier
La rue des mouches, Revue Équateur
Antoine m’a vendu son destin, Revue Équateur
Moi, veuve de l’empire, Avant-Scène Théâtre
Qui a mangé madame d’Avoine Bergotha, édition Lansman
La résurrection rouge et blanche de Roméo et Juliette, édition Lansman
Une chouette petite vie bien osée, édition Lansman
Qu’ils le disent… Qu’elles le beuglent, édition Lansman
Monologue d’or et noces d’argent, édition Lansman
Romans
La vie et demie , Seuil
L’État honteux, Seuil
L’Anté- peuple, Seuil
Les sept solitudes de Lorsa Lopez, Seuil
Les yeux du volcan, Seuil
Le commencement des douleurs, Seuil
Poésie
Poèmes et vents lisses, éditions Le Bruit des  Autres
 

Georges M’BOUSSI

Prix du Jury du spectacle « L’État Honteux » de Sony Labou Tansi, Bacau 06, Roumanie.  Depuis une vingtaine d’années Georges M’Boussi a eu le privilège de travailler auprès des plus prestigieux maîtres de théâtre : Sony Labou Tansi pour le Congo et Daniel Mesguich pour la France, pour ne citer qu’eux.

Pendant les années 80, le Théâtre National Congolais lui permet d’acquérir et de maîtriser toutes les techniques de l’art dramatique. Son ivresse de théâtre, le conduit parallèlement vers le théâtre indépendant de Brazzaville. Il y fait ses premières armes de comédien et de metteur en scène avec Emmanuel Dongala, Caya Makhélé et bien d’autres.

Il entre au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris dans la classe de Pierre Vial. Dès cet instant son destin s’accélère, il joue dans de nombreuses créations telles : « Antoine m’a vendu son destin » de Sony Labou Tansi au festival des Francophonies, « Le glorieux destin du maréchal Nnikon Nniku » de Tchicaya U’ Tamsi, mise en scène de Gabriel Garran, « Les Nègres » de Jean Genet, mise en scène Gilles Chavassieux, « Andromaque » de Jean Racine, mise en scène de Daniel Mesguich.

Le célèbre Festival d’Avignon devient un passage obligé « En attendant Godot » de Samuel Beckett, mise en scène Alain Timar, « Le mât de cocagne » de René Depestre mise en scène Gérard Gélas. Il continue sa carrière de comédien au Théâtre Firmin Gémier à Antony « Le jeu de l’amour et du hasard » de Marivaux, « Le revisor » de Gogol, mise en scène François Kergourlay. Il la poursuit aux pays de la Loire avec « Le gardien » de Harold Pinter, mise en scène Jack Percher. D’autres projets le ramènent à ses origines « Malaki ku m’bongui », « L’état honteux » de Sony Labou Tansi, « Le ventre de la terre » de Florent Couao Zotti, « Andromaque en Abomey » d’après Jean Racine qu’il met en scène. Il est l’actuel directeur artistique de la compagnie Zenga-Zenga Théâtre.

TOUPS BEBEY

 Issu d’une famille où la respiration en musique était d’une importance vitale, à 6 ans Toups étudie le piano classique. À l’âge de 14 ans, il rencontre le saxophone et donc le jazz. Un peu plus tard, licence d’anglais en poche, son hésitation professionnelle sera de courte durée : il a d’ores et déjà commencé à se produire sur scène. Il fait l’apprentissage des percussions et s’ouvre aux musiques les plus variées, du « son cubano » aux polyphonies pygmées en passant par les big band jazz et autres gamelans javanais… Saxophoniste, arrangeur, percussionniste, leader ou sideman, il se lance pour de longues années dans les collaborations les plus variées en danse, cinéma et bien sûr musique. De 1986 à 2012 concerts, spectacles et tournées avec, pour les plus connus : Jimmy Cliff (reggae), Hubert-Félix Thiéfaine (poésie rock), Jean-Michel Jarre (synthétiseurs de variété), CharlElie Couture (chanson rock), Bernard Lubat (jazz décentralisé), Tomohiro Maeda (jazz japonais), Salif Keita (chanson du Mali moderne), Nicole Croisille (chanson), Pajaro Canzani (latin rock), Papa Wemba, Zao ou Sam Mangwana (rumba zaïroise), Julien Clerc (chanson), Lady Smith BlackMambazo (tradition vocale sud-africaine), Les Valentins (rock), etc.

En 1996, nouveau pas en avant, il crée sa propre formation, « Paris Africans », qu’il dote de compositions afro-jazz, audacieusement métissées. La techno du projet « Pact » (Paris African Cosmic Tones) lui est inspirée par la modernité des musiques traditionnelles. Quant à la fanfare noire, afrocarribéenne du « Spirit Pan African Brass Compagnie » qui s’ajoute encore à sa panoplie de créatif à humeurs musicales changeantes, elle a pour but de re-créer le lien entre les Afriques continentales et extracontinentales. Festivals de Jazz de Montreux, de Montréal, de Nice, de Yaoundé, fête de la musique à FIP, Paris Quartiers d’été, Rome, Saint Louis, Libreville, Oslo, le MIDEM de Cannes, Cayenne et les bons clubs de Paris (Jazz Club Lionel Hampton, New Morning, Batofar, etc.). Production de 4 CDs : Toups Bebey & PARIS AFRICANS African Bicyclette, PACT Cosmic Tones , Toups Bebey & LE SPIRIT PAN AFRICAN BRASS COMPANY Mummy I go for Town, Toups Bebey & PARIS AFRICANS Pygmy Attitudes (avec Archie Shepp, sélection FIP 2001). Co-production de l’opus testamentaire de Francis BEBEY Dibiyé (1997).

En 2003, le festival littéraire Fest’Africa pour sa dixième édition lui propose un concert d’ouverture de festival avec les Paris Africans dans le stade de N’djamena. Il saisit plutôt l’occasion d’amener la fanfare de l’Armée Nationale Tchadienne dans ce stade à l’occasion d’un Concert pour la Paix, en jouant le répertoire festif du « Spirit Pan African Brass Compagnie », après une master class dédiée et conséquente. Le directeur du Théâtre Duchamp Villon de la ville de Rouen lui propose de rejoindre l’équipe de lafanfare kabylo-normande « Zorna » composée du flûtiste et autre passeur Nasreddine Dalil et du directeur de conservatoire et chef d’orchestre classique Jean-Philippe Dambreville, pour apporter son répertoire d’au-delà du désert (Ifrikya). Ateliers-répétitions et concerts une fois par an lors du festival RamDam sur Seine jusqu’en 2010.

ZENGA-ZENGA THEÂTRE

– 2008        « Sur la braise » de Henri Djombo. Mise en scène : Georges M’Boussi.   Soutiens : Culturesfrance, Conseil Général du Maine et Loire,  Théâtre Philipe Noiret de Doué-la-Fontaine.

– 2006           « Les deux vies » de Bernard Tchimbabéléla. Mise en scène : Georges M’Boussi. Soutiens : Théâtre du Lavoir Moderne Parisien.

– 2005          « L’Ogrelet » de Suzanne Lebeau. Mise en scène : Georges M’Boussi. Soutiens : Association I Pala Pala de Pointe-Noire,  CCF Pointe-Noire, Congo

– 2004          « La louche en or » de Véronique Essaka-De Kerpel. Mise en scène : Georges M’Boussi. Soutiens : Ville de Taverny.                              « Hermine Lecomte, Femme de déporté ».  Adaptation : Véronique Essaka-De Kerpel.  Mise en scène : Georges M’Boussi. Soutiens : Ville de Taverny.

-2003          «Les aventures de chacal» de Tassadit Yacine. Mise en scène : Georges M’Boussi.  Soutiens : Ville de Cergy.

– 2002         « Andromaque en Abomey » d’après le texte de Jean Racine. Mise en scène : Georges M’Boussi.  Soutiens : AFAA, Agence de la Francophonie, Conseil Général du Val d’Oise, Association I Pala Pala  de Pointe-Noire.

– 1998         « Le ventre de la terre » de Florent Couao-Zotti. Mise en scène : Georges M’Boussi. Soutiens : Afrique en Créations, Agence de la Francophonie, Kinguinzila Théâtre.

– 1997          « L’Etat Honteux » de Sony Labou Tansi. Conçu et interprété : Georges M’Boussi.  Soutiens : Afrique en Créations, Kinguinzila Théâtre.

– 1995          « Contes d’Afrique ». Soutiens : Kinguinzila Théâtre.


2 réflexions au sujet de « Stage de rentrée EuroPhilosophie 2017 / Labou Tansi »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *