École d’été 2016 / Atelier 9 : Eurocentrisme des théories critiques globalisées

École d’été
« Philosophies européennes et décolonisation de la pensée »

Atelier 9 / Eurocentrisme des théories critiques globalisées

Der Eurozentrismus der globalisierten kritischen Theorien (Welche Elemente der europäischen kritischen Theorien sind auch im heutigen Kontext der Globalisierung noch pertinent ? Was steuern die Theorien der südlichen Hemissphäre der zeitgenössischen Philosophie, der Geisteswissenschaften und der Sozialkritik bei ?)

Depuis les élaborations de l’École de Francfort, avec notamment Max Horkheimer et Theodor Adorno, ce qu’on appelle « théorie critique » rassemble toujours grosso modo les mêmes caractéristiques. D’abord, une interdisciplinarité à la faveur de laquelle des savoirs d’origines diverses sont mis au service d’investigations sur un objet. Ensuite, une prise en compte de l’insertion dans l’histoire des phénomènes étudiés, et des dynamiques sociales qui les régissent. Enfin, un rejet de la théorie traditionnelle, c’est-à-dire contemplative et désengagée, au profit d’une approche qui vise à transformer la société dans le sens de l’émancipation collective, au lieu de prétendre se contenter de la décrire.

Au-delà de la seule approche issue de l’École de Francfort et ses héritiers contemporains, cette description peut mutatis mutandis s’appliquer à tout un pan de la pensée contemporaine. En effet, malgré, leurs différences considérables, ces caractéristiques sont aussi celles de théoriciens aussi divers que Deleuze & Guattari, Foucault, Judith Butler, Slavoj Žižek, et passim.

Toutefois, et malgré l’avancée intellectuelle qu’elle constitue, l’approche critique dont nous héritons présente une lacune évidente : toujours produite entre l’Europe occidentale et l’Amérique du Nord, elle demeure largement aveugle au Sud global – c’est-à-dire à la majeure partie du monde. Cet européocentrisme ne va pas sans poser des problèmes qui, depuis quelques décennies, ont été pointés par des formes émergentes de savoirs critiques. Les études postcoloniales, décoloniales ou la philosophie africana (c’est-à-dire celle de l’Afrique et de sa diaspora) se sont confrontées à ces problèmes. La question raciale, la division internationale du travail, les continuités protéiformes du colonialisme ou l’échange inégal à l’échelle mondiale ne sont que quelques exemples des problématiques que ces approches mettent en lumière et renouvellent.

Cet atelier vise à prolonger leurs questionnements, en mettant la théorie critique contemporaine au sens large à l’épreuve de questions et de zones géographiques qu’elles ont trop longtemps sous-estimé – non seulement comme terrains à étudier, mais surtout comme espaces de production théorique autonomes. L’atelier sera guidé par la conviction que la mondialisation (dont le modus operandi réel a toujours été la colonisation) exige un renouvellement conséquent de la théorie critique, de ses concepts et de ses outils d’analyse.

Entre autres, cet atelier se propose d’aborder les thématiques suivantes :

• Apports des théories issues du Sud global à la philosophie contemporaine, aux sciences humaines et à la critique sociale.
• Quels éléments des théories critiques européennes demeurent pertinents dans le contexte de la globalisation contemporaine ?
• Limites et pertinence des concepts hérités de la théorie critique européenne.
• Élaborer de nouveaux outils critiques pour penser les crises contemporaines dans un contexte de globalisation.
• Vers une perspective transmoderne (Enrique Dussel) : initier un dialogue global entre les différentes traditions de la pensée critique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *