École d’été 2016 / Atelier 8 : Religion, colonialité du pouvoir et décolonialité

École d’été
« Philosophies européennes et décolonisation de la pensée »

Atelier 8 / Religion, colonialité du pouvoir et décolonialité

Religion, Kolonialität der Macht, und Entkolonisierung (die Verschränkung zwischen, Rasse, Nation und Religion, die doppelte Rolle der Religion und die Bedeutung der Befreiungstheologien, volkstümliche Religionen und anti-hegemonische Sozialbewegungen)

Cet atelier a pour objectif d’établir les liens complexes entre le phénomène religieux et les phénomènes de pouvoir dans les contextes post-coloniaux. A travers l’exemple du contexte latino-américain d’une part, du monde musulman de l’autre, il tentera de montrer la double fonction qu’a pu avoir « la religion » dans la constitution des matrices coloniales et dans la formulation des luttes décoloniales. Tantôt principe de justification d’un pouvoir oppresseur, tantôt principe de revendication contre ce pouvoir, le phénomène religieux est un fait social central pour la compréhension des dynamiques de fond qui structurent les sociétés post-coloniales.

A rebours des interprétations euro-centristes réduisant le phénomène religieux à une sorte d’opium, il s’agira de mettre en lumière les modalités, les formes et les conditions de la mobilisation des imaginaires socio-religieux, tant dans la matrice coloniale raciale que dans les luttes de libération. La « colonialité du pouvoir », en tant que matrice de domination, est née en même temps que le système-monde (I. Wallerstein) et marque l’émergence de la modernité (E. Dussel), de sorte que son origine peut être datée de 1492. Il s’agira bien sur d’aborder les cinq siècles de constitution de cette matrice de domination, mais aussi de se focaliser d’abord sur les dynamiques du XXème siècle à travers l’étude des mouvements populaires et des luttes de libération.

Sans être exhaustif, cet atelier se proposera de discuter la triade religion-colonialité du pouvoir-décolonialité, selon la logique de cinq axes thématiques:
1. Le contexte socio-historique. Il s’agira de présenter les modalités de la constitution de la matrice coloniale raciale dans chaque contexte, en montrant tant les similitudes que les particularités des espaces géopolitiques étudiés.
2. La configuration de l’Etat nation moderne dans chaque espace, et l’intrication entre race, nation, et religion.
3. Les mythes de la modernité et de la raison instrumentale qui ont légitimé l’oppression et l’exploitation, et les formes pratiques et discursives de résistance à ce pouvoir
4. Le double rôle de la religion et l’importance des théologie(s) de la libération.
5. Religion populaire et mouvements sociaux anti-hégémoniques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *