École d’été 2016 / Atelier 6 : Pratiques artistiques décoloniales

École d’été
« Philosophies européennes et décolonisation de la pensée »

Atelier 6 / Pratiques artistiques décoloniales

entkolonisierende künstlerische Praktiken (eine Untersuchung der konkreten künstlerischen Praktiken, die Logiken der Empfindung, der Plastiken, der Materie, der Erzählformen und der Inszenierungen der Stimmen und Körper erfinden, die die koloniale « Scheidung des Wahrnehmbaren » unterbrechen : das Theater des Unterdrückten, dekoloniales Theater und dekolonialer Dokumentarfilm (Labou Tansi, Glauber Rocha), die Wiederaneignung des Museums)

Les historiographies du colonialisme ont largement mis en lumière l’intrication des transformations territoriales, sociologiques et institutionnelles imposées par la domination coloniale avec les destructions culturelles des sociétés colonisées, combinant inégalement entreprises d’acculturation forcée dans les codes sensibles de l’occident, et constitution de folklores indigènes incorporés à l’espace imaginaire de ce qu’il nomme Culture – et matériellement à ses musées, ses récits littéraires, ses œuvres picturales, photographiques ou cinématographiques.

Cet atelier portera sur la dimension artistique de ce processus, et sur les pratiques « contre-culturelles » qui renversent l’esthétisation de la politique coloniale en une politisation décoloniale de l’art, dans la diversité de ses signes, ses scènes, ses images et ses langages.

On y interrogera sur le plan esthétique des productions artistiques concrètes inventant des logiques de la sensation, des plastiques des matières, des formes de narration et de mise en scène des voix et des corps interrompant le « partage du sensible » colonial.

On pourra également analyser, que ce soit sur le plan d’une anthropologie de l’art ou d’une sociologie des artistes colonisés, les dialectiques qui se nouent entre les codes esthétiques de l’Europe coloniale et les ressources que les pratiques autochtones mobilisent, y compris hors des spécifications catégorielles de « l’art », à la subversion de ces codes, à leur transformation, ou à leur « fabulation ».

On tiendra compte aussi bien des réflexions théoriques que ces dialectiques ont suscité parmi les artistes colonisés eux-mêmes, et des débats ouvrant sur différentes stratégies de politisation décoloniale des pratiques artistiques.

Les interventions pourront porter sur :
– le théâtre de l’opprimé (Augusto Boal) ; le théâtre décolonial (Labou Tansi…)
– le théâtre et cinéma documentaires (-direct, -vérité etc.)
– le cinéma décolonial (cinema novo…)
– la réappropriation de l’espace du musée
– le décolonial comme prisme herméneutique, « symptomal » ou « déconstructiviste », de la culture occidentale (Spivak).
– les pratiques picturales, détournement de pratiques « culturelles » en instrument artistico-politique (ex. les peintures cartographiques des Warlpiri étudiées par Barbara Glowczewski).
– le débat historique ouvert par le 1er Congrès des artistes et écrivains noirs


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *