École d’été 2016 / Atelier 3 : Usages politiques coloniaux de la langue

École d’été
« Philosophies européennes et décolonisation de la pensée »

Atelier 3 / Usages politiques coloniaux de la langue

kolonialpolitische Anwendungen der Sprache (5 thematische Leitlinien : Bildung der Nationalstaaten und die Herausforderung der Regionalismen, die Kreolisierung, Osteuropa und der post-sovietische Raum, die Rolle der Philosophie in Praktiken sprachlicher Normalisierung, minoritäre Literatur)

Cet atelier a pour objectif de questionner le statut problématique du rapport entre la langue et les usages politiques que l’on peut en faire. Il faut sans doute insister sur le caractère pluriel de ce rapport : les usages de la langue se situent sur des multiples niveaux où l’agir des acteurs politiques trouve des points d’appui économiques, scientifiques et, de manière plus générale, culturels. En un mot, l’articulation entre la langue et l’hétérogénéité des pratiques politiques est surdéterminée par une multiplicité de causes dont l’action se déploie dans des contextes socialement et historiquement variables. D’où l’importance d’en saisir l’irréductible spécificité ainsi que les lieux d’une possible transformation émancipatrice. Autant dire que les questions structurantes d’une telle analyse ne s’épuisent pas dans une région théorique de la « surpuissance des idées » dans la mesure où l’enjeu est aussi, et peut-être surtout, de comprendre les conditions pratiques de l’émergence de l’identité individuelle ou collective. Ce sont trois concepts fondamentaux qui nous servent de points de repère dans cette démarche : normalisation, subjectivation, décolonisation.

Normalisation d’abord. De fait, l’histoire de la naissance des nations montre que la construction des grammaires des différentes langues n’a rien de neutre et qu’elle s’est faite au prix d’une pratique d’homogénéisation d’un dialecte lié a un centre de pouvoir particulier et à son affirmation en tant que standard unique. Si une telle normalisation des langues nationales est un fait relativement bien connu dans les recherches historiques et philosophiques, on a moins questionné le rôle qu’a joué le discours de la science, à commencer par celui de la linguistique, dans le processus de standardisation des certains dialectes. C’est pourquoi il est important d’analyser la spécificité des points de jonction entre la politique et le savoir scientifique sur lequel elle s’appuie pour atteindre les objectifs qui lui sont propres.

Subjectivation ensuite. La normalisation d’une langue s’articule avec les modes dont les individus deviennent sujets en constituant une sorte de « conscience linguistique ». C’est dire que les concepts centraux de la politique se rapportent à l’analyse de la genèse du rapport à soi et aux autres. De ce point de vue, l’important à saisir est moins la domination ou l’émancipation des identités réprimées que les processus d’identification se déployant selon des logiques spécifiques.

Décolonisation enfin. S’il est vrai qu’un des effets des pratiques de colonisation est l’imposition du dialecte ou de la langue des peuples dominants, il est moins évident de comprendre la manière dont les langues mineures peuvent s’affirmer sans reproduire la logique du rapport de domination dont elles se détachent. C’est pourquoi il est important de préciser que l’application de modèles européens de la normalisation langagière dans les études des sociétés postcoloniales reste très problématique. Les mouvements de décolonisation sont ainsi à situer sur un double niveau. D’une part, il s’agit de les analyser comme tout autant de résistances et de refus d’homogénéisation d’un dialecte ou d’une langue particulière. D’autre part, il faut les saisir dans leur élan créatif engendrant des nouvelles formes d’action collective. Ces pratiques se rapportent souvent à la création de nouveaux types de littérature, que Deleuze et Guattari désignaient comme « mineures ». Ainsi, les enjeux politiques de la création littéraire dans le contexte de lutte décoloniale et postcoloniale sont également un important objet de réflexion dans le cadre de notre atelier. Une attention particulière sera également accordée aux questions de traductologie, et notamment au rôle que peut jouer la traduction-création dans ce contexte.

Sans être exhaustif, cet atelier se propose de discuter l’articulation des trois concepts de normalisation, de subjectivation et de décolonisation, selon la logique de cinq axes thématiques.
1. Langue et pratiques idéologiques en Europe occidentale : la création des États-nation et le défi des régionalismes.
2. Théories de la décolonisation dans les pays non-européens : la Françafrique, les langues créoles et les différentes approches en Asie.
3. Les pays de l’Europe de l’Est et l’espace post-soviétique : anciens projets soviétiques de la décolonisation et leur portée politique actuelle.
4. Le rôle de la science, de la philosophie, de l’économie et de la littérature dans les pratiques politiques de normalisation langagière.
5. Littératures « mineures » dans le contexte de la lutte décoloniale et postcoloniale : enjeux esthétiques et politiques. L’exemple des relations entre la littérature occidentale et la littérature d’Europe centrale et orientale.


2 réflexions au sujet de « École d’été 2016 / Atelier 3 : Usages politiques coloniaux de la langue »

  1. Bonjour!
    Je suis formatrice en portugais et j’aimerais participer à cet atelier en « auditrice libre ». Sensible à tous les sujets proposés par le colloque d’autres ateliers m’intéressent aussi. Pourriez-vous m’informer des horaires, locaux…
    Amicalement,
    Olinda Rosa dos Santos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *